Le regard des autres dans la pratique de l’hygiène naturelle – Mon défi HNI

regard des autres

Le regard des autres n’est pas toujours bienveillant quand on devient parent. Il peut l’être encore moins quand on décide de pratiquer un maternage proximal, et en particulier l’hygiène naturelle infantile (HNI).

Le regard des autres, choqué, indigné, sceptique… bref malveillant !

Parfois, on peut voir un certain dégoût, ou le besoin d’affirmer que ce qu’on fait, ça ne sert à rien, à part se compliquer la vie, dans le regard des autres.

J’ai parfois vu des mous que j’ai interprétées comme le sentiment que, si je fais ça, c’est uniquement pour attirer l’attention…

regard des autres

Se sentir dépassé(e)

Parfois (souvent?) dans la pratique de l’HNI, on peut se sentir dépassé ! Vous débutez et vous n’arrivez pas à repérer les signaux de votre bébé, il est en grève du pot, votre entourage ne comprend pas ce que vous faites et pourquoi vous le faites…

Et vous vous mettez à douter, ou encore dans des moments de fatigue, à remettre en question la pratique de l’HNI.

Quand le doute s’installe

Il y a eu quelques moments dans ma vie de jeune maman où je me suis demandé si ce que je faisais avait véritablement du sens. C’est arrivé deux fois dans mon expérience de l’HNI.

Ma fille a traversé plusieurs grèves du pot, dues à des poussées dentaires très douloureuses et pendant lesquelles elle tombait malade à chaque fois (plusieurs bronchiolites et bronchites). Son sommeil était très perturbé, malgré le cododo. Je la portais beaucoup pendant ces phases.

Et du coup, j’étais moi aussi très fatiguée. Et comme elle refusait systématiquement le pot ou les toilettes, je me demandais si je n’étais pas en train de l’embêter pour rien, de la perturber… Surtout qu’elle se faisait dessus peu de temps après mes propositions. Même si cela n’avait pas l’air de la déranger car elle me prévenait simplement qu’elle avait fait pipi ou caca, je me demandais aussi si elle ne serait pas mieux avec une couche durant cette période.

regard des autres

La réponse que j’ai obtenue ensuite était négative

Ma fille a continué de communiquer sur ses besoins, maintenant le lien entre elle et moi. J’ai continué de répondre à ses besoins de proximité par le portage et le sommeil partagé. Et une fois les poussées dentaires terminées, elle recommençait à répondre à mes propositions d’élimination. Elle a même fait son premier caca toute seule aux toilettes après que les quatre prémolaires aient terminé de percer (Aleluia!) en me disant « caca ! » et en se dirigeant vers les WC pour installer son réducteur à marche alors qu’elle n’avait pas encore fait.

Pour moi, et à ce moment-là, remettre des couches à ma fille n’aurait pas été la meilleure solution. d’ailleurs je ne le conseille que si vous êtes fatigué et que vous avez l’impression que votre enfant vit mal la situation. Sinon, effectivement, remettre des couches a l’inconvénient de vous couper dans votre communication avec votre bébé et vous pourriez revenir bien en arrière dans le processus ; (re)mettre des couches, oui, se reposer dessus, non.

L’épuisement maternel

Quand on est épuisé et qu’on pratique un maternage proximal, on est tenté de penser que c’est ledit maternage qui est à l’origine de notre fatigue. Ce que j’en pense ? S’occuper d’un bébé est, de toute façon, fatigant ! Quoique vous fassiez et quelque soit la manière dont vous répondez aux différents besoins de votre bébé, il y aura des moments où vous aurez l’impression de ne pas vous en sortir, de ne faire que vous occuper de lui…

Je pense qu’il est important de souligner ce point car nous nous trompons parfois dans notre manière de voir les choses.

regard des autres

A l’origine de la fatigue il y a :

  • tout ce que vous essayez de faire pour qu’on voit que vous êtes un bon parent et qui ne correspond pas à vos priorités

  • toutes les explications que vous donnez à votre entourage pour justifier votre manière de vous occuper de votre bébé

  • toutes les fois où votre bébé se réveille en pleurant en pleine nuit, évidemment !

  • aussi, toutes les fois où vous allez à contresens des besoins de votre bébé parce qu’on vous a dit que c’était comme ça qu’il fallait faire, même si vous voudriez faire différemment

  • et enfin, toutes les fois où vous voulez établir un rapport de force avec votre enfant tout en sachant que ce n’est pas la bonne solution mais en en détenant aucune autre

Passons en revue tout ça

Vous voulez plaire aux autres en allant à l’encontre de vos envies

Si vous pensez que quelqu’un dans votre entourage s’occupe mieux que vous de son bébé parce qu’il fait ceci ou cela, et que vous vous mettez à faire pareil sans être réellement convaincu, ou en voyant que chez vous ça ne fonctionne pas, arrêtez tout de suite ! Respectez-vous ! Je pense que n’est pas la bonne solution.

Vous êtes un bon parent si vous souhaitez le meilleur pour votre enfant, pas si vous faites quelque chose pour plaire aux autres et que ça vous fatigue (donc vous coupe du véritable lien que vous pourriez créer avec votre bébé). Ne vous basez pas sur le regard des autres pour faire vos choix d’éducation, écoutez plutôt votre intuition.

Vous vous justifiez

Si dans votre entourage on ne comprend pas ce que vous faites ou qu’on n’est pas d’accord, laissez pisser ! Toute l’énergie que vous perdrez à tenter de vous justifier, vous ne la retrouverez jamais. Ces discussions sont stériles et vous épuisent. Vous n’avez pas besoin de ça.

Les gens ont le droit de ne pas être d’accord. Mais leur donner des explications est, pour moi, une invitation à leur laisser imposer leur avis. Vous (et votre conjoint) et vous seuls décidez de ce que vous ferez pour votre enfant. Ce n’est pas négociable. J’essaie d’écouter les gens parler quand ils veulent donner leur point de vue, ceci dit, je n’accepte pas pour autant.

regard des autres

Votre bébé se réveille souvent la nuit

Quand votre bébé se réveille en quémandant votre attention et que vous étiez au beau milieu d’un sommeil profond, évidemment, c’est fatigant. A part continuer à donner de votre temps et de votre énergie, il n’y a rien à faire. Et reposez-vous dès que vous en avez l’occasion. Le conseil à 0,50 centimes que tous les parents connaissent. Mais, l’appliquez-vous, ce conseil ?

Une petite sieste de 20 minutes peut tout changer ! Le linge et le ménage attendront !

Vous pensez que les autres parents savent mieux que vous ce qui est bon pour votre bébé

N’écoutez pas votre mère ou votre belle-mère qui vous disent que vous allez gâter votre bébé en le portant tout le temps. Elles vous diront peut-être que vous devriez le laisser pleurer la nuit. Et que tout ça est mieux pour vous.

Si ça vous tord les tripes de l’entendre pleurer et que vous savez que vous devez y aller, allez-y ! Ignorez le regard des autres, ou ne le leur dites pas, tout simplement. La nature est bien faite. Elle nous fait ressentir ce que ressent notre enfant pour qu’on s’en occupe de la manière la plus adéquate possible. Rien de plus naturel !

Vous voulez installer un rapport de force avec votre enfant

Et enfin, si vous en avez assez que votre enfant demande de votre attention. Si vous lui dites quelque chose du genre « oh, mais ça suffit maintenant, arrête! » ou « il faut que tu dormes, maintenant, et dans ton lit ! », à titre d’exemple, vous voyez l’idée générale…

Ce peut être fatigant de répondre sans cesse aux besoins de votre bébé. Mais ce qui est le plus fatigant c’est de le faire passer en premier tout le temps ! Accordez-vous 5 minutes pour souffler, seul. Faites de la respiration abdominale en fermant les yeux dans un endroit calme, ça fait un bien fou !

Parfois, on est tellement pris dans la tornade de la parentalité qu’on en oublie même les besoins vitaux. Il m’arrive encore d'”oublier” d’aller faire pipi. C’est épuisant, le cerveau ne cesse de relancer des appels à l’ordre, et sécrète des hormones de stress en continue. Essayons de nous occuper, aussi, de nous-mêmes.

Natacha

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  •  
    6
    Partages
  • 5
  •  
  • 1
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *