Ma vie de maman sans poussette – Semaine 1 de mon défi

ma vie de maman sans poussette

Je vais vous raconter ma vie de maman sans poussette…

Réflexions

Quand j’étais enceinte, je voulais porter ma fille en écharpe. Mais je ne savais pas comment faire, et surtout, je ne connaissais personne qui en faisait autant ! Personne pour m’aider et me soutenir, ça fait un peu peur. Finalement c’est le cas pour pas mal de choses que j’ai voulu mettre en place dans ma façon de materner et je dois dire qu’on s’en sort plutôt bien, mon mari et moi.

Enfin je crois…

Nous avons contacté une doula qui est aussi monitrice de portage et m’a appris simplement la position de portage de base, devant avec un sling (écharpe sans nœud), et sur le dos avec des nœuds, et je n’ai pas eu besoin de plus !

maman sans poussette
Portage devant en sling – Natacha Guillaume

Étant assistante maternelle, je possédais déjà une poussette canne héritée de ma sœur qui l’avait achetée pour sa fille, 12 ans auparavant. Donc, pas de la première jeunesse, la poussette! Mais simple d’utilisation et en très bon état. Je me suis dit que ça ferait l’affaire, si besoin .

Quand mon entourage me demandait si j’avais fait une liste de naissance, je répondais joyeusement que je voulais une écharpe de portage (sling). J’ai même demandé une veste de portage pour l’hiver, mais je l’ai pas eue… Snif!

Je me suis la suis achetée toute seule, tant pis !

Puis plus tard, j’ai complété l’achat d’une écharpe de 5,20m « à nœuds » avec les bons cadeaux que mes collègues m’avaient offerts pour la naissance.

Je l’utilise en portage de longue durée sur le dos depuis que ma fille a 4 mois. Puis, je suis passée, pour les portages de courte durée, sur la hanche avec le sling à 6 mois, puis exclusivement dos quand elle a eu 8 mois environ, ça devenait trop lourd sur la hanche. Le portage dos avec le sling, je n’ai jamais aimé ça.

Pour beaucoup de porteurs et apprentis porteurs, c’est la panacée, car c’est facile à mettre en place, rapide, on ne réveille pas le petit qui s’est endormi sur le ventre et qu’on veut placer sur le dos pour plus de confort sans le réveiller… Mais pour moi, rien à faire! Je trouve que le maintien est moyen, ma fille tangue, je ne suis pas à l’aise.

maman sans poussette
Portage dos en écharpe et veste de portage – Natacha Guillaume

Je ne sais pas vous, mais moi, j’adore porter ma fille !

Maintenant je joue à la maman koala, mon bébé sur le dos, et c’est génial ! Et en plus ça attendrit et fait rire beaucoup de monde, surtout dans mon petit patelin où ils n’ont jamais vu ça ! Pour eux c’est en Afrique qu’on porte comme ça !

Peut-être que vous êtes comme moi, et que vous aussi vous détestez installer votre enfant dans une poussette. Vous avez tellement pris goût au portage que c’est devenue pour vous LA façon de se déplacer à pied avec un enfant. Je le fais uniquement quand je dois la poser et qu’il est impossible de le faire par terre.

Pour ma part je trouve ça tellement plus simple ! Pas de poussette encombrante à charger puis à décharger de la voiture, à déplier quand on y arrive (cf Florence Foresti – Motherfucker/le sketch de la poussette – pour plus de détails). Plus tous les désagréments comme la place qu’on prend pour se faufiler entre les passants, et l’inévitable trottoir où on coince une roue et là où on a l’air d’un gros imbécile à essayer de s’en sortir comme on peut, et tout seul bien-sûr, parce-que les gens nous regardent mais ne nous aident pas. Ce serait moins drôle, voyez-vous…

Un autre avantage avec le portage, c’est que le bébé ou bambin voit tout

Il voit ce qu’on voit, et c’est très stimulant pour lui. Et en plus il ne profite pas des gaz d’échappements des véhicules, ce qui est le cas en poussette, vu que l’enfant est pile au niveau des pots d’échappements.

Il profite de l’observation du porteur en action pour expérimenter les choses. Et il ressent, voit, sent, entend et même touche tout en temps réel, ce qui lui permet d’acquérir de l’expérience.

Il sent la décélération du porteur qui monte ou descend un escalier. De plus, il peut voir les gestes qu’il accomplit pour être en sécurité pendant ce temps. Aussi, il sent les odeurs quand son parent porteur fait la cuisine. Enfin, il entend la manière dont il s’exprime et ressent ses émotions.

Tout cela lui permet de comprendre comment se comporter. C’est ce qu’il fera par imitation dès qu’il émettra le souhait de sortir de la phase “dans les bras”. Le parent porteur n’aura plus qu’à admirer la beauté du portage. Son enfant saura comment se comporter dans tellement de situations. Tout cela sans que le parent n’ait eu à réfléchir à la manière de le lui apprendre. Et sans, non plus, que l’enfant se sente perdu et frustré devant telle ou telle situation. Le parent porteur apprend à son enfant en vivant sa vie normalement. C’est extrêmement sécurisant.

Il développe sa motricité fine aussi en ayant ses petites mains tout près de sa bouche

Il est tout contre sa maman ou son papa. Les balancements ressentis avec les mouvements du porteur lui permettent de décharger les tensions, ce qui lui procure sérénité, calme, tendresse. Il peut même s’endormir. Le parent saura que son enfant est paisible.

Enfin, et surtout, la cerise sur le gâteau, c’est que c’est un formidable complément à l’hygiène naturelle ! Vous pouvez porter votre enfant sans couches et c’est même par là qu’il faut commencer quand on veut s’habituer en douceur, ou qu’on a du mal à reconnaître les signaux!

Les bébés n’aiment pas se souiller, comme nous d’ailleurs. Vous avez envie de vous faire dessus et de rester dedans, vous? Ils vont donc naturellement communiquer quand ils ont besoin de faire, et là il n’y a plus qu’à proposer un petit pot, ou se mettre à l’écart quand on est dehors, mettre son enfant en position, lui suggérer de faire pipi ou caca et attendre que ça se passe… voilà pour cette petite aparté sur l’hygiène naturelle (mon sujet favori).

Pour finir

Pour en revenir à la poussette, ma fille a du aller dedans une dizaine de fois depuis sa naissance. Je m’en passe très bien. C’est certain, je n’ai pas de jumeaux pour lesquels elle s’avère, évidemment, beaucoup plus appropriée. Mais, je pense que si je ne l’avais pas eue avant de tomber enceinte, je n’en aurais pas achetée. C’est un objet inutile pour moi.

Oui, j’ose le dire ! Je veux une vie simple, et la poussette, c’est tout sauf simple !

Natacha

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

​Merci d'avoir lu
cet article !

En complément, vous êtes libre de recevoir gratuitement le guide "Surmonter les 4 peurs de base​ des familles pratiquant l'hygiène naturelle" qui vous aidera à gérer :

  • les sorties avec votre enfant​​​
  • ​les nuits​ sans couches​​​
  • ​le regard des autres
  • votre frustration​ envers les ratés et les régressions​​​

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *