L’ennui, c’est bénéfique – Semaine 5 de mon défi

le livre qui a changé ma vie

L’ennui? Bénéfique? Mais, c’est quoi cet article?

Oui, je sais, je suis complètement barrée. J’écris un article qui parle exactement de ce que la plupart des familles veut éviter. En fait de ce que la plupart des gens veut éviter. J’ai moi-même écrit un article sur comment ne pas s’ennuyer en famille… Alors explications.

L’ennui, ça rend créatif

Parfois, c’est bien de s’ennuyer un peu. On tourne en rond. On ne sait pas quoi faire. Et puis du coup, on se met à penser et à réfléchir à des choses auxquelles on ne pense jamais en temps normal. On est trop occupés pour ça.

S’ennuyer, c’est prendre du temps pour rêver

Rêver, ça fait du bien. On en a besoin, mais on l’oublie trop souvent. Notre cerveau est tout calme et active des fonctions réparatrices. Bref, on est zen.

Bien-sûr, pour ça, évitez de faire comme moi. Je tourne, tourne et tourne encore jusqu’à trouver quelque chose à faire. L’ennui, pour le coup, n’est pas bénéfique. J’ai un mal fou à lâcher prise. Et, si vous me suivez et peut-être, pratiquez l’hygiène naturelle, vous le savez, quand on résiste, ça ne fonctionne pas. Bien-sûr, à un moment, mon cerveau lâche. Quand j’ai l’impression de toucher le fond, d’être vide de sens. Vous l’avez en tête, cette situation ? Et là, magie, on a une pensée intéressante, voire une illumination! Pas nécessairement une qui va changer notre vie, mais bien souvent elle apporte une note très agréable à une journée qui devient mémorable. Mais pour ça, il faut d’abord accueillir l’ennui dans sa vie…

l'ennui et la rêverie

Il y a faire quelque chose d’ennuyeux et ne rien faire…

Non, ce n’est pas pareil. Il pleut. Votre enfant est « dans vos pattes ». Ses copains sont indisponibles pour jouer. Il ne fait que souffler et râler. Et oui, ça arrive. Il est en train de s’ennuyer. C’est pas drôle mais il faut tenir bon. Ça passera et il se mettra, lui aussi, à penser à des choses auxquelles il ne prend jamais le temps de penser. Et à se lancer dans un projet qui lui fera du bien.

Par contre, s’il râle parce que vous lui avez demandé de ranger sa chambre (encore…), on n’est pas dans le même cas de figure. Si sa chambre est toujours encombrée, c’est peut-être le moment de donner 3 ou 4 jouets ? Parlez-en avec lui. Dites-lui que sa chambre sera mieux rangée et que vous le gronderez moins du coup ! Réglez le minuteur sur 5 minutes. Il faudra, à la fin du temps imparti qu’il ait choisi 4 jouets dont il ne se sert plus. Il pourra les donner ou les jeter selon leur état. Recommencez la semaine suivante et autant de fois que nécessaire… Attention, lorsque c’est fini, on passe à une autre activité, car sinon, on risque de rentrer dans le cercle vicieux du dégoût des tâches ménagères.

l'ennuie d'un enfant

Ne rien faire, ça n’existe pas

Et non, c’est incroyable ! L’ennui libère notre esprit créatif. Quand on joue, on apprend. On partage avec ses proches parfois, ou alors avec soi-même. Méditer, se reposer, respirer en conscience, c’est prendre du temps de qualité pour vivre plus sereinement. C’est ce qui nous aide à profiter de chaque moment. Et qui nous amène à prendre les bonnes décisions, à agir de la manière la plus adéquate.

J’ai déjà entendu des gens dire qu’il n’aimaient pas dormir parce-qu’ils ne faisaient rien. C’est terrible, je ne veux plus jamais réagir comme ça. Je me suis souvent sentie esclave d’une façon de penser que j’essaie de faire évoluer. Je veux exploiter chaque minute, ne pas perdre de temps. J’en oublie l’essentiel : moi et mes proches. Tout ça pourquoi ? Pour montrer au monde que ma maison est impeccable, que je suis une épouse parfaite, et qu’en plus je travaille à plein temps… Ça vaut pas le coup, je vous assure! A moins d’y laisser des plumes.

Moi d’abord!

Évidemment, il faut voir où l’on place ses priorités. Les miennes sont : moi, mon bien-être, celui de mon enfant et pour finir celui de mon conjoint. Le reste, c’est comme je peux ! Et là vous vous dites « ouaaah, elle est pépère elle, elle se place en preums dans la liste ! ». Oui, Monsieur, c’est moi d’abord ! Il y a en réalité beaucoup de moments où c’est ma fille d’abord, j’avoue. Mais je ne m’oublie plus, et m’occupe de moi dès que l’urgence la concernant est gérée. Si je ne m’occupe pas de moi en priorité, qui va le faire ? Et si je tombe malade par négligence, qui va s’occuper de mon enfant qui a encore tant besoin de moi? Donc, on est d’accord, faites-vous passer en premier et votre vie sera plus simple, promis. Pas question de culpabiliser, c’est naturel. Et octroyez-vous un moment par-ci, par-là pour vous ennuyer.

Natacha

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

​Merci d'avoir lu
cet article !

En complément, vous êtes libre de recevoir gratuitement le guide "Surmonter les 4 peurs de base​ des familles pratiquant l'hygiène naturelle" qui vous aidera à gérer :

  • les sorties avec votre enfant​​​
  • ​les nuits​ sans couches​​​
  • ​le regard des autres
  • votre frustration​ envers les ratés et les régressions​​​

2 commentaires sur “2”

  1. Bonjour Natacha

    Quand j’ai lu ton article, j’ai pensé à une info que j’ai vue dans les avions qui m’avait au début interloquée, et puis après, j’ai compris pourquoi :

    quand l’avions se dépressurise, il faut d’abord mettre le masque à oxygène sur sa bouche, et après et seulement après à son enfant : pourquoi ?
    tout simplement pour avoir assez de clareté et être opérationnel pour son enfant.

    Au plaisir
    Evan

    1. Bonjour Evan,
      effectivement cette histoire illustre très clairement mes propos…
      Merci d’avoir partagé cette histoire criante de vérité.
      Amitiés,
      Natacha.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *