Je déteste la nouvelle loi sur l’âge obligatoire de l’éducation

je déteste la nouvelle loi sur l'âge obligatoire de l'éducation

Je sais pas vous, mais moi, je déteste la nouvelle loi sur l’âge obligatoire de l’éducation.

Légère confusion

En plus, la plupart des gens pense qu’il s’agit de l’âge obligatoire d’entrée en maternelle, à savoir 3 ans…

Comment vous dire? Jules Ferry n’a jamais rendue l’école obligatoire…

C’est l’instruction qui l’est!

 

Du coup, tout le monde se sent obligé de me prévenir

Comme ma fille vient d’avoir 2 ans et qu’en plus, je ne regarde jamais les infos ni ne lis le journal, bien-sûr, faudrait pas que je loupe le coche. Alors on sait jamais, on va la prévenir et lui mettre un peu la pression à elle, qui papillonne. Des fois qu’elle mettrait pas sa fille à temps à l’école.

Non, mais je te jure…

Alors, déjà, ma fille a eu deux ans en avril 2018. Et la loi est passée en mars 2018, si je ne m’abuse? Donc, on va se calmer et lui lâcher la grappe, à ma fille. Moi ça va, je suis blindée.

“Non, mais, t’auras pas le choix!” m’a-t-on dit récemment.

“Moui, oui” ai-je rétorqué, désabusée.

Et de deux, elle a fait son entrée dans un jardin d’enfants Montessori il y a peu. Si vous ne connaissez pas cette pédagogie, je vous conseille l’excellent blog de mon amie Marion, Liberté Pédagogique. Elle en parle, entre autres pédagogies alternatives.

je déteste la nouvelle loi sur l'âge obligatoire de l'éducation
Liza

Petite prise de bec

Non, moi, je me suis pris la tête avec personne, pour une fois. Je le jure!

Mais, mon mari…

Était au travail, la dernière fois. Et ça discutait nouvelle loi sur l’éducation, entre collègues.

Il s’est mis à dire qu’il fallait qu’il vérifie bien que ce que ce jardin offrirait à notre fille serait bien considéré comme une éducation.

Sur ce, un collègue a rétorqué que la pédagogie Montessori, c’était n’importe quoi. Que bientôt on allait tout laisser faire aux enfants. Et que se focaliser sur les points forts de chacun n’était vraiment pas une bonne idée. Il faut aussi se forcer même quand on sait pas ou qu’on veut pas faire, selon lui. Bref, que ça partait en sucette, quoi.

Comme mon mari et moi partageons beaucoup de valeurs fortes, et surtout celle qui préconise de se concentrer uniquement sur ses points forts, bien-sûr il l’a mal pris. Mais il est bien plus diplomate que moi. Après avoir expliqué le concept, il a laissé cette personne penser ce qu’elle voulait, car il savait que ça ne changerait rien, de toute façon. Elle était butée.

Et selon moi, n’y connaissait pas grand chose, non plus. Ce que j’y ai vu, c’est juste le besoin de critiquer ce qu’on ne connait pas et qui peut faire peur.

Moi, je suis en confiance avec Montessori (mon 2e blog préféré sur le sujet!).

Le fond du problème

Comme vous le savez si vous suivez ce blog, je pratique l’hygiène naturelle avec ma fille.

Cette expérience m’a permis de créer un lien fort avec elle. Mais surtout, d’en apprendre énormément sur l’élimination en général, sur la formation de la psychologie autour de ce sujet, et surtout, sur les traumatismes qu’on peut subir lorsque cet apprentissage est mal mené.

Ce que j’ai appris en tant que professionnelle de la petite enfance

En tant qu’assistante maternelle, j’ai pris part à l’acquisition classique de la continence au pot ou aux toilettes de beaucoup des enfants que j’ai accueilli chez moi. Ces enfants ont tous porté des couches jetables sans communication sur l’élimination jusqu’à environ 3 ans. Et, pour beaucoup d’entre eux, il y aurait beaucoup à redire sur la manière dont on a procédé.

J’ai, moi aussi, commis des erreurs, que je ne veux plus commettre. Je n’ai jamais humilié un enfant parce qu’il s’était fait pipi ou caca dessus, ni forcé à aller aux toilettes à tel moment. Cependant, je n’ai pas été exemplaire. J’ai suivi la demande parentale sans rechigner alors qu’elle ne correspondait pas toujours à ce qui me semblait être juste pour l’enfant. Voilà mon erreur…

Encore plus de pression

Pour les parents

La pression que les parents peuvent avoir avant l’entrée en maternelle de leur enfant est énorme :

“Alors, il est propre?”

“Il va à l’école?”

C’est très grave de se comporter ainsi. Plus grave encore est le fait de ne pas s’en rendre compte.

Et pour leurs enfants

Mais le plus grave, c’est la pression que subit l’enfant. Lui qui ne peut pas se défendre, ou très peu.

Qu’est-ce que pense un parent en entendant ça à un mois de l’entrée en maternelle de son enfant?

“Je suis un mauvais parent, mon enfant ne va pas aux toilettes seul. Il faut que je m’en occupe tout de suite!”

Et c’est parti, on force, on enlève la couche toute la journée sans rien expliquer, on râle quand il y a un pipi par terre ou un caca à la culotte… C’est comme ça qu’on “rend propre” un enfant, non? Il est grand, après tout… Il ne faut pas s’étonner qu’il y ait des problèmes de constipation, d’énurésie nocturne, de phobie des toilettes et j’en passe…

Déjà qu’avant cette loi, les parents et les enfants avaient la pression. Mais alors là, on va toucher le fond.

Petite piqûre de rappel

Je le dis et le répète, c’est l’instruction qui est obligatoire! Si votre enfant ne va pas à la maternelle à 3 ans, ça ne fait pas de vous un délinquant! Vous en avez le droit, alors si vous le voulez et que vous pensez que, pour votre bien-être et celui de votre progéniture, c’est mieux d’attendre un an (ou plus), faites comme bon vous semblera.

je déteste la nouvelle loi sur l'âge obligatoire de l'éducation
sasint

Ce n’est pas aux 3 ans et 1 jour de mon enfant que les services sociaux vont débarquer pour me l’enlever si je l’ai pas mis à la maternelle. Enfin, je crois. Je tente et je vous fais signe, si c’est le cas…

J’en ai assez de voir véhiculé ce facteur peur sur l’éducation de nos enfants, sur les choix que l’on fait pour eux, et sur le qu’en dira-t-on… Laissons chacun faire comme il le souhaite car c’est sa propre responsabilité. Entendre “Tu es obligée de…” a le don de me mettre hors de moi!

Si je souhaite pratiquer l’apprentissage auto-géré à mi-temps avec mon enfant et continuer de la mettre au jardin d’enfants le reste du temps, j’en ai le droit. Je peux même ne jamais la scolariser, si je veux. D’ailleurs, un jardin d’enfants Montessori n’est pas considéré comme une école. Je l’ai bien précisé à mon mari, pour qu’il comprenne. Il suffira, si c’est ce que je décide, de le spécifier à la Mairie de mon domicile.

C’est pas une loi de m***e qui va m’obliger à quoique ce soit

Partagez vos impressions sur cet article en commentaire! D’avance, merci.

Et surtout, abonnez-vous à ce blog pour ne rater aucun des prochains articles!

 

Natacha

 

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    39
    Partages
  • 39
  •  
  •  
  •  
  •   

​Merci d'avoir lu
cet article !

En complément, vous êtes libre de recevoir gratuitement le guide "Surmonter les 4 peurs de base​ des familles pratiquant l'hygiène naturelle" qui vous aidera à :

  • garder le lit sec pendant le sommeil ;
  • sortir de la maison sans couches et sans stress ;
  • gérer votre peur du regard des autres ;
  • rester serein face aux ratés et aux régressions


2 commentaires sur “2”

  1. Bonjour, je suis entièrement d’accord avec vous, ce n’est certainement pas cette loi qui va me mettre la pression et m’obliger à scolariser mon enfant dès 3 ans !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.