Comment faire face à la grève du pot? Mon défi HNI

grève du pot

La grève du pot, vous voyez ce que c’est?

Votre enfant est peut-être en plein dedans… Et c’est naturel, restez zen!

Je l’ai moi aussi traversée avec mon enfant. Je vous dis ici pourquoi cela arrive, et comment bien réagir.

L’hygiène naturelle infantile

Ce magnifique projet d’hygiène naturelle se passait à merveille, mais depuis quelques temps, votre enfant ne signale plus avant d’éliminer, et ne veut plus être tenu en position au-dessus des toilettes ou du pot.

Résultat, pipi et caca atterrissent par terre !

Pas de panique, ça passera.

La grève du pot

Votre enfant arrive à un âge où il a besoin de s’affirmer. Où ce qu’il maîtrise lui sert de canal pour exprimer son besoin d’indépendance.

S’il vous dit « non » systématiquement pour aller aux toilettes, alors que vous savez pertinemment qu’il a besoin d’y aller, et que quelques minutes plus tard, il se soulage sur le sol, essuyez tout ça sans broncher.

Votre enfant veut vous dire quelque chose.

Quoi ? Et bien, vous le découvrirez en vous rapprochant encore plus de lui. En l’écoutant sans a priori.

Votre enfant peut aussi avoir besoin dans ce moment-là de vérifier que vous l’aimez toujours, même si les choses ne se passent pas comme prévu.

Si vous êtes stressé à cause des accidents et des tâches que cela peut faire sur le sol, vous pouvez peut-être lui remettre des couches, s’il n’en porte pas du tout. Expliquez-lui alors que vous allez lui en (re)mettre un temps. Vous pourriez lui dire que vous faites ça car vous n’arrivez pas à comprendre quand il veut faire pipi/caca. Que cela vous embête. Et que vous préférez qu’il porte des couches jusqu’à ce que vous vous remettiez à comprendre ses signaux.

Il est important de poser le problème sans le culpabiliser, en partant de vous et en exprimant vos besoins (que le sol soit propre, que cela vous dérange qu’il se fasse dessus…).

grève du pot
Pezibear

Quelques pistes de réflexion

Voici quelques événements qui peuvent amener votre enfant a faire la grève du pot :

  • Vous avez récemment déménagé ? Comme tout le monde, les enfants y sont très sensibles et ceci peut grandement chambouler leurs habitudes

  • Son animal de compagnie est mort récemment

  • Il est entré à l’école
  • Vous attendez un autre enfant ou vous venez d’en avoir un autre

  • Il marche

  • Ses dents poussent

  • Il va à la crèche ou chez une assistante maternelle depuis peu

  • Il a changé de crèche ou d’assistante maternelle.

  • Vous vous êtes séparés ou avez divorcé

  • Il y a eu un deuil dans la famille

  • Il est malade
  • Tout autre changement, même mineur, peut-être à l’origine…

A n’importe quel âge

Ces événements arrivent à des âges divers, tout comme la grève du pot. Un enfant grandit de manière non linéaire. Il fait des acquisitions et parfois, ce peut-être perçu comme un bond en avant qui lui fait un peu peur. Il est plus rassurant pour lui de revenir un peu en arrière. Puis, quand il sent que cette nouvelle phase ne l’inquiète plus, il s’y installe et passe à autre chose.

Si votre enfant a appris à utiliser le pot ou les toilettes après avoir porté des couches de manière conventionnelle, cela pourra aussi arriver.

Rassurer, écouter, être présent

Votre enfant a avant tout besoin de votre présence aimante. Les parents pratiquant l’hygiène naturelle développent une grande sensibilité dans leur communication avec leur enfant. Mais ils ne savent pas tout de leur enfant, et il est parfois déstabilisant de voir un enfant se faire dessus à plusieurs reprises et « sans raison ».

Il demande peut-être à être porté comme quand il était bébé pour éliminer, ou dans la journée, “sans raison particulière”… C’est un besoin, respectons-le au maximum.

Aller dans le sens de l’enfant

Si votre enfant ne veut pas aller aux toilettes parce qu’il est en train de jouer, peut-être pourriez-vous lui proposer d’amener son jouet avec lui? Ou de placer le pot sous ses fesses pendant qu’il continue son jeu, s’il est d’accord?

Beaucoup d’enfants sont fascinés par la chasse d’eau, le papier toilette… Ils ont besoin de découvrir ces trucs trop rigolos, et de faire eux-mêmes surtout, afin d’acquérir la continence en jouant! Alors, laissons-les jeter le PQ dans les WC, si ça leur chante. Ils s’opposeront moins longtemps, coopéreront plus facilement, et surtout ils s’en lasseront plus vite! Quand on entre dans un rapport de force avec eux, on leur déclare la guerre… Ils ne se sentent pas respectés et n’ont pas envie de nous écouter, c’est naturel.

grève du pot
PublicDomainPictures

Du côté de chez nous

Ma fille a connu plusieurs périodes de « grève du pot ». Et à part attendre que ça passe, je n’ai pas fait grand-chose. C’était souvent en lien avec des poussées dentaires douloureuses, mais elle a traversé sa première grève du pot vers 9 mois alors qu’elle se mettait debout et était dans l’acquisition de la marche. Cette grève du pot a duré au moins deux mois, temps où je lui ai remis des couches à plein temps, car elle allait à 4 pattes, et j’étais mal à l’aise de la voir se faire pipi dessus et mettre les mains dedans ensuite. Elle communiquait peu à ce sujet car occupée à tout autre chose.

Cela n’a en rien affecté le processus puisqu’une fois la marche acquise, elle s’est remise à communiquer comme si rien ne s’était passé. Elle n’a pas oublié. Et j’ai arrêté de lui mettre des couches à la maison.

A partir de 16 mois, elle disait « caca » (elle utilisait ce mot pour pipi, caca et des pets) les 3/4 du temps et 5 bonnes minutes avant d’éliminer. Elle est aussi entrée dans les “terrible two” et s’oppose souvent à nos propositions, quelles qu’elles soient.  Nous avons de nouveau traversé une période de grève du pot.

Elle est maintenant continente  de jour 🙂

Et chez vous comment ça se passe?

Avez-vous déjà vécu cela avec votre enfant?

Qu’avez-vous tenté de mettre en place pour comprendre ce qu’il se passait et y remédier?

Partagez tout ça dans les commentaires ci-dessous… Merci!

Et comme d’habitude, cochez la case “m’informer de tous les nouveaux articles”, pour n’en rater aucun.

Natacha

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •   

​Merci d'avoir lu
cet article !

En complément, vous êtes libre de recevoir gratuitement le guide "Surmonter les 4 peurs de base​ des familles pratiquant l'hygiène naturelle" qui vous aidera à :

  • garder le lit sec pendant le sommeil ;
  • sortir de la maison sans couches et sans stress ;
  • gérer votre peur du regard des autres ;
  • rester serein face aux ratés et aux régressions


4 commentaires sur “4”

  1. J’avais déjà lu votre article avec plaisir alors que bébé ne faisait pas la grève du pot. Maintenant qu’il marche, il est en plein dedans, et je suis ravie de le relire !

    1. Merci de votre commentaire Cécilia 🙂
      Vous avez l’air de vivre cette période sereinement, c’est plaisant à lire!
      N’hésitez pas si vous avez des questions, des choses que vous ne comprenez pas, nous pourrons tenter ensemble de les comprendre…
      A bientôt,
      Natacha

  2. Rassurant de lire cet article… Ma fille de 18 mois est en pleine grève du pot depuis 2.5 mois, j’avoue que je commence à sérieusement perdre patience. Je me suis résolue à lui remettre des couches au bout d’un mois en continuant à proposer d’éliminer aux moments clé. Depuis 2 semaines, avec les beaux jours, j’essaye à nouveau l’hni mais je constate qu’elle se retient plusieurs heures et fait aussitôt que je lui met une couche. Parfois elle va la chercher elle-même. Je sais que c’est encourageant mais j’engage quand même (plus ou moins intérieurement d’ailleurs).

    1. Courage Maïwenn!
      Je pense que j’aurai fait la même chose… Peut-être pourriez-vous essayer de parler de votre frustration ou de votre colère à quelqu’un? Même si, je le sais bien, c’est difficile, et surtout quand il s’agit de HNI. Moi, j’avais tendance à mal m’y prendre et j’avais des réponses du genre “oui, mais il faut les laisser aller à leur rythme”, “elle n’est pas prête” etc… je ne dis pas que je ne suis pas d’accord, c’est juste que je voyais bien que les gens ne comprenaient pas la démarche, qui n’a rien à voir avec “l’apprentissage de la propreté”. Je voulais simplement dire que j’avais peur que le bénéfice de ce que j’avais déjà réussi à mettre en route avec mon enfant soit perdu. Que quand nous arrivions à communiquer correctement, c’était tellement agréable… Évidemment, parler de communication pour les gens n’ayant jamais pratiqué ou même entendu parler de HNI, c’est un peu bizarre!
      Avec tout mon soutien,
      Natacha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.