Famille simple, famille heureuse – Semaine 11 de mon défi

simple et heureuse

Me sentir simple et heureuse, dans ma vie de famille comme ailleurs, a toujours été primordial pour moi.

J’ai dû mettre en place quelques petite choses dans mon quotidien pour y parvenir.

J’arrête de lire

J’adore lire, mais il faut bien l’avouer, on peut lire tout et son contraire. Surtout en matière d’éducation.

J’admire beaucoup ce que certain(e)s écrivent, mais franchement, Isabelle Filliozat l’est bien gentille, mais quand je prends ma fille en colère dans les bras pour l’apaiser, et que je me prends trois baffes au visage, et plein de coups de pieds, comment vous dire ? Je préfère arrêter là quand je n’arrive pas à mettre en pratique ce que je lis. Ça m’encombre et complique ma vie.

Parfois ça fonctionne, parfois pas.

simple et heureuse

L’intuition et l’instinct maternel

J’agis souvent au feeling en matière d’éducation. L’intuition m’aide énormément quand je suis confrontée à un problème, une difficulté concernant ma fille.

J’y fais souvent allusion dans mes articles. En effet, elle m’est aussi très précieuse dans ma pratique de l’hygiène naturelle.

Simple et heureuse dans ma manière d’éduquer

Quant au fameux « instinct maternel », j’y crois ou j’y crois pas ? Je me suis pas encore décidée. L’intuition d’un parent face à ce que vit son enfant, si ça l’aide à se comporter de manière adéquate vis-à-vis de lui, c’est un instinct parental. Mon mari fait souvent preuve d’une intuition forte concernant notre fille alors, oui, j’y crois. Mais, non, ce n’est pas seulement maternel.

D’ailleurs, quand j’ai su que j’étais enceinte, j’ai cru que c’était d’un garçon et pendant un moment ! Alors l’instinct maternel, j’en étais totalement dépourvue, à cette époque en tout cas.

Il s’agit d’une connexion forte avec son enfant. Ou d’une personne connue et reconnue. Et non d’une opération divine, comme on pourrait le penser en en parlant. Cette connexion, je la ressens, ou l’ai déjà ressentie, avec d’autres personnes que ma fille.

Diète médiatique

Cela fait des années que je n’ai pas ouvert un journal, ni regardé les informations à la télévision.

Pourquoi ? Ça plombe mon moral. Je suis d’un naturel très empathique. Et en hyperémotive que je suis, je pompe la tristesse et le stress des autres. Pour, en plus, ne savoir qu’en faire.

Je n’ai pas peur de le dire, si je ne connais pas les personnes concernées par les nouvelles que j’apprends, je ne ferai rien ou presque. Alors à quoi bon ?

Surtout que je n’ai pas l’impression d’être comme une ermite. Les informations principales viennent à moi, et c’est déjà (parfois) trop !

simple et heureuse

Diète sociale

Le terme peut faire peur, j’en conviens. Il s’agit simplement pour moi d’essayer d’éviter les personnes toxiques dans mon entourage. Ou celles qui ne me font simplement pas de bien.

Il faut d’abord les identifier, bien-sûr, et s’en couper.

Que faire quand c’est une personne de son entourage proche, ou de la famille carrément ? Faire part simplement de ses besoins de calme, de tranquillité, de positivité ou de tout autre besoin non comblé en présence de ces individus.

Puis, demander à moins se voir ou dans des conditions différentes. Ou ne plus se voir pendant un moment, si besoin.

C’est une étape très délicate. Je l’ai plusieurs fois effectuée dans ma vie et je ne m’en sens que mieux et plus épanouie. J’ai longtemps été en contact avec des personnes extrêmement toxiques. Je n’étais, moi-même, pas très équilibrée, il faut dire. Mal dans ma peau, agressive, toujours en colère… Il en allait de ma santé et de mon bien-être, alors j’ai pris mon courage à deux mains et me suis mise au travail.

C’était indispensable pour rester en phase avec ma philosophie “simple et heureuse”.

Analyse

Ou thérapie brève, ou tout autre chose qui vous fera du bien et qui vous aidera à régler vos petites névroses. C’était un chantier, me concernant, j’avoue. Mais que de simplicité dans ma vie, maintenant !

C’est sûr, j’ai du aller mettre mon nez dans des choses pas très rigolotes et qui me gâchaient la vie. Je ne voulais pas de ça dans l’éducation que j’apporte à ma fille.

Bien-sûr, tout n’est pas réglé, mais c’est déjà un énorme pas que j’ai franchi.

À ce propos, il est super de s’informer et d’apprendre plein de nouvelles choses (parentalité positive, éducation bienveillante etc..) mais il peut être difficile de mettre en pratique certaines choses quand un vieux schéma récurrent s’insère entre vous et votre bonne volonté de parent…

Et vous, qu’avez mis en place, ou cessé de faire pour simplifier votre vie familiale ?

Qu’est-ce qui vous rend simplement heureux tous les jours ?

N’hésitez pas à partager tout ça dans les commentaires!

Natacha.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •   

​Merci d'avoir lu
cet article !

En complément, vous êtes libre de recevoir gratuitement le guide "Surmonter les 4 peurs de base​ des familles pratiquant l'hygiène naturelle" qui vous aidera à :

  • garder le lit sec pendant le sommeil ;
  • sortir de la maison sans couches et sans stress ;
  • gérer votre peur du regard des autres ;
  • rester serein face aux ratés et aux régressions


2 commentaires sur “2”

  1. Diète médiatique chez moi aussi depuis pas mal de temps !
    Et quelque-chose qui rend ma vie plus simple et heureuse : avoir conscience que rien n’est immuable, que tout est en constante évolution, dont moi ! Et que l’échec est un pas en avant.
    Et juste penser à savourer les choses simples, les jolis moments, les petits sourires, l’instant présent.
    Choisir de se sentir bien et heureux, ça ne fait pas tout mais vraiment ça fait la différence !
    Merci Natacha 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.