Dormir avec son enfant (et pratiquer l’HNI)

dormir avec son enfant (et pratiquer l'HNI)

Faire du « cododo » ou co-sleeping, cela veut dire dormir avec son enfant. Et comme pour l’hygiène naturelle infantile (HNI), il y a mille et une façons de le faire…

Oui, mais, pourquoi ?

Comme au sujet du portage ou de l’HNI, le cododo est un besoin chez les bébés. Bien-sûr, il sera plus ou moins marqué, et pendant plus ou moins longtemps. Plusieurs mamans m’ont dit n’avoir jamais dormi avec leur bébé. Et comme je le dis plus haut, il y a plusieurs façons de voir et de pratiquer le maternage proximal. Je trouve que lorsqu’on pratique l’HNI, c’est un avantage de taille, pour ne pas dire une condition sine qua non… De même que si vous allaitez…

Vous pouvez aussi tout simplement avoir envie de dormir tout près de votre petit, ce qui est très naturel.

dormir avec son enfant
PublicDomainPictures

Mon expérience avec ma fille

Ma fille a cododoté avec nous jusqu’à ses 7 mois, environ. Elle a dormi dans sa chambre ensuite. Je l’endormais dans les bras, assise sur mon rocking chair et la posait ensuite dans son lit. Elle s’est souvent réveillée en plein milieu de la nuit, passé sa première année. Je la prenais dans les bras pour l’amener finir la nuit avec nous.

Puis, vers 20 mois, mon mari ou moi nous couchions avec elle jusqu’à ce que l’endormissement survienne. Et passé ses 2 ans et demi, nous n’avons plus vraiment apprécié cela. Mon fils était né. Mon mari s’est exclusivement occupé de cela pendant les 4 premiers mois après mon accouchement.

C’est certain, l’angoisse d’avoir un petit frère, ou de ne plus avoir la même maman, appelez cela comme vous voulez, était bien présente. Il y avait beaucoup de colère présente en elle. Ce cap-là, nous l’avons passé, mais ça n’a pas été facile.

L’hiver a ensuite pointé le bout de son nez, et ma fille a été souvent malade. Et elle me réclamait beaucoup pour la cajoler et dormir avec elle. Le désir de dormir avec son enfant se refait sentir, je pense que vous me comprenez ? Depuis que bébé n°2 est là, je dors avec lui sur un matelas posé au sol, dans la chambre d’amis.

Non, je ne l’allaite pas, lui non plus…

Et mon mari dort avec notre fille dans notre chambre toujours sur un matelas posé au sol. J’ai appris récemment que cela faisait partie de la méthode Montessori… Comme quoi, on peut adhérer à un méthode et en appliquer plusieurs préceptes, sans même le savoir !

C’est ce qui est déjà arrivé à une maman avec laquelle je suis en contact au sujet de l’HNI : elle proposait, d’instinct, à son bébé d’éliminer hors de sa couche. Elle ne savait pas que ce savoir était ancestral ni même que cela était la norme dans les pays sous-développés. Elle a ensuite appris qu’une poignée – soyons réalistes – de familles en Occident pratiquaient cela pour réintégrer cette coutume dans la société moderne.

Comment s’y prendre pour dormir avec son enfant?

Pour dormir avec son enfant, plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • vous pouvez utiliser un lit de cododo qui se place contre votre lit du côté choisi. C’est celui que nous avons utilisé quand notre fille est née…

  • Si vous avez des jumeaux, un de chaque côté 😉

 

  • Si vous avez plusieurs enfants en bas âge, comme nous, soit un de chaque côté du lit (certains aiment être au milieu), soit, comme nous, un parent avec l’un des enfants, et l’autre avec l’autre. Ou alors, un parent avec les deux enfants une nuit, l’autre parent avec eux la nuit suivante…

 

  • Vous pouvez également, comme nous depuis quelques semaines avant la naissance de notre fils, placer des matelas posés au sol. Nous avons opté pour ce mode de fonctionnement car les matelas prennent moins de place qu’un vrai lit. Vous pouvez donc en disposer plusieurs côte à côte et continuer à dormir tous ensemble. De plus, si quelqu’un tombe du lit, il ne se fait pas mal. Beaucoup de bambins bougent beaucoup pendant leur sommeil. C’est le cas de notre fille et nous ne voulions pas prendre ce risque.

 

  • Pour des raisons de tranquillité, mon mari dort avec notre fille dans une chambre et moi-même avec mon fils dans une autre. Mon fils, à 8 mois, se réveillait encore la nuit et je ne voulais réveiller personne d’autre que moi afin de lui donner son repas nocturne.

 

Pourquoi je me levais et pas mon mari ?

Car il se lève très tôt le matin pour aller travailler, ça suffit comme ça. De plus, je me réveillerai même si mon fils n’était pas dans la même chambre que moi, et mon mari, lui, mets plus longtemps que moi à émerger…

Certaines familles dorment tous ensemble dans la même chambre… vous trouverez la combinaison qui vous convient, car, comme pour l’HNI, il y a autant de façon de voir le sommeil partagé que de familles (enfin presque).

Beaucoup de mamans porteuses de longue durée portent pendant les temps de sommeil. Enfin, je devrais dire que l’enfant s’endort dans l’écharpe ou le porte-bébé et y reste pour son sommeil de milieu de journée (ou quand ça survient). J’adore porter mes bébés mais de manière occasionnelle : toujours pour faire les courses, randonner, me promener, et sinon chez moi une à deux fois par tranche de 3/4 d’heure à 1 heure. Parfois, mon fils s’endort pendant les balades mais jamais (plus) à la maison… Cela est moins pratique pour l’HNI mais beaucoup plus confortable pour nous !

dormir avec son enfant
Mon fils porté dans le dos à 2 mois – Photo Natacha Guillaume

Pas fan du cododo

Nous avons beaucoup cododoté avec nos bébés. Nous tentons d’arrêter en ce moment car Papa et Maman ont envie de se retrouver seuls dans leur lit maintenant, malgré le désir de continuer à dormir avec eux.

dormir avec son enfant
angel4leon

Les conflits entre vos différents besoins, vous connaissez ?

Le principal avantage du co-sleeping pour moi, c’est que j’entends mon bébé tout-de-suite s’il se réveille. La diversification ayant été entamée, les temps de sommeil s’allongent. Courage, on va y arriver !

Il reste toujours notre fille qui demande assez souvent notre présence le soir (au moins pour l’endormissement).

Chez les peuples vivants de manière traditionnelle, ce mode de vie la nuit est quasiment incontournable. Ils vivent dans la nature, avec le froid qui peut les tuer, et les animaux qui peuvent venir les attaquer… question de survie. Comme pour le portage, les besoins du bébé n’ont pas pu évoluer depuis que les peuples Occidentaux ont arrêté de vivre comme cela. C’est trop rapide… un bébé s’attend donc à dormir près de sa mère, au minimum. Voilà pour la théorie.

Pendant la journée, j’ai très rapidement arrêté de porter mon bébé pendant qu’il dormait. Il chouinait et gesticulait beaucoup pendant l’endormissement. Et s’endormait tout-de-suite lorsque je le plaçais sur son matelas dans la pénombre de la chambre… J’en ai donc conclus que c’était là sa demande, son besoin (ou le mien, les deux sont souvent mélangés!) et l’ai donc respectée. Les choses sont beaucoup plus simples depuis !

Les avantages

Pour pratiquer l’HNI de nuit, rien de tel. Pour ma fille, je n’ai pratiqué l’HNI que pendant les temps de sieste, pour ce qui est du sommeil. Je n’ai que rarement tenté l’expérience la nuit. Elle ne se réveillait plus à partir de 2 mois, je lui ai donc mis des couches lavables au début, puis jetables et cela se passait bien comme ça.

Avec mon fils, tant qu’il se réveillait la nuit pour boire, j’en profitais pour lui suggérer de faire ses besoins après cela et très souvent, il faisait un gros pipi. La couche était cependant mouillée au matin, la plupart du temps. Ce qui me fait penser que je suggère toujours l’élimination dès le réveil à mon fils, même avec une couche jetable (CJ) mouillée. Si la CJ est mouillée, il y a de fortes chances pour que le pipi ne soit pas « vieux » contrairement à une lavable qui restera mouillée même si le pipi date de plusieurs heures auparavant. Il fait très souvent pipi à ce moment-là.

J’avais découvert cela avec ma fille alors que j’expérimentais beaucoup de nouvelles choses en HNI. Un jour, alors qu’elle avait 3 ou 4 mois peut-être, je me suis dit « Pourquoi ne pas quand même lui proposer de faire pipi le matin, même avec une couche mouillée ? La couche est froide… ». Je l’ai placée au-dessus du petit pot que j’utilisais à l’époque et, ô magie, elle a fait un gros pipi.

Il me semble me souvenir qu’à cette époque, pendant le change je sentais souvent sa couche très chaude au moment de la rhabiller, signe qu’elle venait de faire pipi. Lorsque la couche est bouillante, parole d’assistante-maternelle-qui-a-changé-mille-et-une-couche-de-bébés-non-HNI, c’est que c’était un pipi qui venait de sortir. Donc chez un bébé HNI, cela peut survenir à un âge très jeune, puisque la processus de continence n’est pas interrompu par le port de couches jetables sans communication. Le volume d’urine grossit à mesure que la continence devient de plus en plus permanente.

Je disais donc à ma fille qu’il me semblait qu’elle venait de faire pipi, puis je vérifiais et confirmais, avec un sourire. Les jours suivants, j’ai suggéré l’élimination avant que cela ne survienne et effectivement, elle avait envie de faire pipi.

Cela se passe exactement de la même manière avec mon fils. Et pour elle, lorsque la continence a commencé à devenir de plus en plus forte, il fallait qu’elle ait bu son biberon le matin avant de pourvoir se lâcher, ce qui arrive aussi avec mon fils, mais c’est moins marqué il me semble…

Pratiquez-vous le cododo ? Cela vous a-t-il aidé dans votre pratique de l’HNI de nuit ? N’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires, cela aidera d’autres parents qui se posent des questions sur ce sujet, comme vous.

Et abonnez-vous au blog en cliquant à droite pour ne rater aucun de mes prochains articles ! Cela me motivera à continuer à publier du contenu gratuit !

A bientôt!

Natacha

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    24
    Partages
  • 24
  •  
  •  
  •  
  •  

​Merci d'avoir lu
cet article !

En complément, vous êtes libre de recevoir gratuitement le guide des parents qui vous aidera à :

  • utiliser moins de couches avec votre bébé;
  • en finir avec les coliques du nourrisson;
  • soigner définitivement les érythèmes fessiers;
  • aider votre enfant à aller au pot/WC seul et sans stress


2 commentaires sur “2”

  1. Merci Natacha pour cet article très complet. je n’avais pas fait le lien entre cododo et HNI. Pour ma part, la nuit me paraissait tellement compliquée que c’était couche la nuit et rien le jour. J’ai en revanche fait un lien très net entre cododo et allaitement. Se lever la nuit pour aller allaiter était un calvaire pour n°1. Je pense que sans cododo pour n°2 et n°3, je n’aurai pas tenu aussi longtemps (15 mois pour l’un et 3 ans pour l’autre). Sommeil réparateur pour tout le monde, peu de délai de rendormissement et câlins confortablement installés. Le top !

    1. Bonjour Anne-Christine,
      je pratique l’HNI de nuit parce-que mon fils non allaité se réveille encore pour boire un biberon et effectivement c’est très simple. Pour ma fille, je faisais comme toi en général : couche jetable, point! Et comme toi je commence à avoir assez de me lever (pour le bib, pas vraiment d’autre choix) mais ça c’est une autre histoire… Je parle de l’échec de mes allaitements ici, si cela t’intéresse :
      https://heureux-sans-couches.com/pourquoi-je-nai-pas-allaite/
      Merci pour ton commentaire,
      Natacha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.