Le cycle naturel d’élimination d’un bébé sans couches – Mon défi HNI

cycle naturel d'élimination

Le cycle naturel d’élimination d’un bébé sans couches est un sujet qui intéresse beaucoup de parents pratiquant l’hygiène naturelle (HNI). Il peut même parfois inquiéter.

Est-ce normal si un enfant élimine autant à ce moment-ci ? Et s’il élimine aussi peu à ce moment-là?

J’espère apporter des pistes de réponses aux familles qui s’interrogent.

La fréquence d’élimination

Un bébé élimine peu voire pas du tout en dormant, beaucoup le matin puis de moins en moins souvent au fil de la journée. C’est le cycle naturel d’élimination que nous devrions tous avoir, en réalité.

Un bébé qui porte des couches, une femme enceinte ou une personne prenant des médicaments, des drogues ou buvant beaucoup d’alcool voit son rythme perturbé.

Les perturbateurs du cycle naturel

Le port de couches jetables

Comme vous le savez si vous suivez ce blog, porter des couches jetables efface les sensations qui vont avec l’élimination. L’enfant ne sait plus quand il a envie d’éliminer, s’il vient d’éliminer, ni ce qu’il a éliminé. Le rythme en est faussé, la vessie ne se muscle pas, il ne sécrète que peu de vasopressine, et continuera de faire de petites quantités de pipi en continu. Il pourra faire pipi en dormant, ce qui n’est pas naturel. Il ne fera pas caca après avoir mangé, pas nécessairement tous les jours non plus, et se verra peut-être constipé.

cycle naturel d'élimination

La grossesse

Une femme enceinte fait plus souvent pipi qu’en tant normal. Elle peut aussi être victime de constipation. Enfin, elle peut, dans de rares cas, subir de violentes diarrhées, comme je l’ai vécu lors de ma deuxième grossesse, un grand stress étant la cause, bien-sûr. Si vous voulez plus de détails sur la grossesse, je vous conseille d’aller consulter le blog Naissance Enfance Nature.

cycle naturel d'élimination

Les médicaments, la drogue et l’alcool

Enfin, une personne prenant des médicaments, des drogues ou ingérant beaucoup d’alcool voit son appareil digestif et son système hormonal grandement modifié, voire perturbé.

L’alcool déshydrate énormément et fait faire de grosses quantités d’urine. Cela peut donner la diarrhée aussi.

Les médicaments peuvent causer divers effets secondaires selon le médicament en question et la quantité prise. Bien-sûr, plus on en prend, dans le même temps qui plus est, moins on est capable d’anticiper les effets que cela peut avoir sur notre organisme.

Je sais que la prise de drogues peut modifier la fréquence d’élimination, cependant, je ne saurai vous en dire beaucoup plus à ce sujet. Pour plus de détails, consultez un médecin addictologue.

Comment se forme le cycle naturel

Ce que vous pouvez observer

Si vous pratiquez l’hygiène naturelle, vous verrez petit à petit le volume d’urine à chaque miction de votre bébé augmenter de mois en mois. Une des choses qui frappe souvent les familles, c’est le temps qu’un bébé peut passer en dormant sans se souiller, même en mettant des couches.

Bien-sûr, les bébés qui communiquent sur leurs besoins d’éliminations font caca le matin, le plus souvent, et tout le temps après avoir tété ou mangé.

cycle naturel d'élimination

Tout ne vient pas nécessairement tout de suite ni en même temps. Vous ne remarquerez peut-être pas tout au moment ou cela arrive.

J’ai mesuré la quantité de pipi que ma fille faisait, en moyenne quand j’ai commencé à pratiquer avec elle, quand elle avait 2 mois. Je l’ai fait avec les urines du matin. Puis j’ai repris une mesure 2 mois plus tard et encore 2 mois après. Le volume augmentait à chaque fois, bien-sûr. Il est passé du simple au double à partir de la première mesure jusqu’à la dernière.

La formation du cycle naturel en question

En hygiène naturelle, on suit le rythme naturel d’élimination de notre bébé en l’observant et lui suggérant de faire ses besoins au moment opportun. C’est-à-dire que, quand on sait qu’il veut éliminer, on le tient en position physiologique au-dessus du pot, des WC ou dans la nature, et on lui dit qu’il peut se lâcher ici et maintenant. Ceci accentue les sensations ressenties au moment (avoir besoin de faire pipi, se sentir soulagé ensuite…).

L’enfant n’apprend pas à se retenir. C’est le parent qui apprend quand l’enfant a besoin d’éliminer pour lui proposer de se soulager au bon moment. Naturellement, il peut retenir de plus en plus d’urine, à mesure que le temps passe, car sa vessie se muscle, étant entièrement vidée à chaque miction. Le corps sécrète correctement la fameuse vasopressine, inhibant la production d’urine pendant le sommeil.

Donc, l’enfant, petit à petit, se met à ne plus faire pipi pendant la nuit pour faire une grosse quantité au réveil. Les reins et la vessie fonctionnant à plein régime pour éliminer les déchets de la veille, c’est la matin qu’il élimine le plus. Il ne fera plus pipi pendant la sieste non plus, et ne fera que 2 ou 3 fois dans l’après-midi et la soirée. Souvent, ces bébés font caca le matin, ce qui est très naturel, là aussi, après avoir tété ou mangé. L’élimination des déchets de la veille se fait à ce moment-là également. Un bébé peut faire caca après chaque repas sans que cela ne soit inquiétant, bien au contraire.

Ce cycle naturel d’élimination concerne aussi les adultes.

Le cycle des enfants portant des couches

Comme dit plus haut, un bébé portant des couches en continu sans communication établie sur son élimination oubliera les sensations associées. Peu de parents ne pratiquant pas l’hygiène naturelle connaissent le rythme d’élimination de leur bébé. En réalité, ils font de petites quantités de pipi, et ce quelque soit l’âge auquel ils arrêtent de porter des couches. Ils peuvent faire pipi et caca la nuit. On fait pipi et caca en dormant seulement lorsqu’on est incontinent. Les bébés, même en naissant, ne le sont pas totalement, si on leur donne les outils nécessaires et qu’on les accompagne vers cette acquisition.

Si vous pratiquez l’hygiène naturelle, avez-vous déjà été perturbé par le cycle naturel d’élimination de votre bébé ?

Avez-vous des remarques à faire par rapport à des expériences vécues à ce sujet ?

Si vous ne pratiquez pas l’hygiène naturelle avec votre enfant, étiez-vous conscient de tout cela concernant son rythme ?

Qu’avez-vous ressenti au moment où vous avez cessé de lui mettre des couches ?

Merci de partager tout cela dans les commentaires.

Et comme d’habitude, cliquez sur « abonnez-vous » pour ne rater aucun article.

Natacha

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    10
    Partages
  • 10
  •  
  •  
  •  
  •  

8 thoughts on “Le cycle naturel d’élimination d’un bébé sans couches – Mon défi HNI”

  1. Audrey dit :

    Bonjour, j’ai commencé la HNI avec mon bébé il y a 2 semaines à ses 4 mois. J’avais remarqué depuis longtemps déjà qu’il ne faisait jamais caca la nuit et beaucoup le matin et ensuite dans la journée après chaque tétée. Cela a donc été assez simple à mettre en place même si je n’ai hélas pas toujours la possibilité de lui proposer d’éliminer à chaque fois. Nous utilisons les couches lavables et grâce à la HNI, il y a des jours où je n’ai eu aucune selle sur mes couches ! Bref je trouve cela super ! ❤❤❤

    1. Natacha Guillaume dit :

      Merci pour ce témoignage Audrey 😉
      N’hésite pas à donner des nouvelles si tu peux de temps en temps 🙂
      Natacha

  2. Do dit :

    Bonjour Natasha,
    Depuis un an que notre enfant est né j’ai mis de côté le désir initial que j’avais de pratiquer l’HNI. J’étais dépassée par le quotidien et je ne me sentais pas non plus l’énergie d’ajouter aux aléas de l’expérimentation la difficile tache de convaincre mon mari qui s’occupe beaucoup de lui.
    Je me suis contentée de lui faire passer des moments de la journée avec une couche lavable sans sur-couche pour que la peau respire au moins une fois par jour. Peut-être grâce à cela nous n’avons jamais eu de problème d’érythème.
    Seulement voilà, depuis un moment il refuse ces couches lavables (il est vrai que l’eau très calcaire rend le tissus dur malgré le vinaigre)…et le tissus n’absorbe plus les pipis, de plus en plus abondants…D’autre part le change des couches ordinaires est de plus compliqué (il ne reste jamais immobile et il faut s’y prendre à cinq fois pour scratcher correctement).
    Je repense à l’HNI. Est-il envisageable de commercer à tout juste un an, même de façon partielle ?
    Une remarque par rapport à la question des rythmes: je me trompe peut-être mais, bien qu’il porte des couches depuis la naissance, il ne me semble pas qu’il fasse pipi (et encore moins caca) en dormant, à mon avis il urine pendant les tétées nocturnes. Je n’en suis pas sûre mais quand il fait la sieste sans couche il ne se mouille jamais.
    Merci à toi pour tous les articles de ce blog…

    1. adminbertrand dit :

      Bonjour Do,

      merci beaucoup pour ce commentaire 🙂 cela me touche 😉

      Tant mieux s’il ne fait pas ses besoins pendant qu’il dort, c’est un point énorme, non négligeable, qui montre qu’il a gardé une certaine conscience de ses besoins. Et ce sûrement grâce à l’utilisation des couches lavables.

      Il est certain qu’à un an, beaucoup de changements s’opèrent dans la vie de l’enfant et que les changes peuvent vite devenir compliqués. Comme ton enfant semble réfractaire au port de couches (ce que nous ne saurions lui reprocher ;)), ou en tout cas, au change, vous pourriez peut-être essayer de lui mettre une couche qui s’enfile lorsque ton conjoint s’en occupe et sans couches lorsque c’est toi? Et ce, en respectant les désirs de chacun dans le couple parental.
      Je peux t’accompagner afin de commencer l’HNI en douceur, afin de laisser les choses stressantes de côté et prendre du plaisir dans la pratique 🙂
      Je donne plus de détails sur les séances d’accompagnement sur la page d’accueil du blog https://heureux-sans-couches.com
      N’hésite pas à m’appeler ou m’écrire au +336 45 48 66 82 ou Natacha@heureux-sans-couches.com

      Amitiés,

      Natacha – accompagnante en HNI diplômée de l’institut Miss Psychomot

      1. Do dit :

        Bonsoir Natacha,
        Merci beaucoup de ta réponse. Je n’avais pas pensé aux couches qui s’enfilent, merci de la suggestion. Je réfléchis encore, en parcourant ton blog, et en même temps je teste un peu. Par exemple ce matin il regardait la grande fontaine que ça fait quand il fait pipi debout. Aucun intérêt pour faire dans un récipient que je lui propose. J’ai l’impression que ça l’amuse…ou en tout cas ça l’intrigue…Je te recontacte peut-être pour de l’aide.
        Amitiés,
        Do

        1. adminbertrand dit :

          Aaaaah, l’exploration du corps et de ses fonctions (an action), quel sujet intéressant!
          Merci à toi de partager cette tranche de vie,
          Natacha

  3. Morgane dit :

    Bonjour Natacha,
    Je suis la maman d’une petite fille de 6 semaines, avec qui j’avais l’intention de pratiquer l’HNI dès la naissance, sans toutefois me mettre trop de pression. J’avais quelques couches jetables que l’on m’avait donné, je me suis dit comme ça pour les 1er jours j’en aurai au moins quelques unes au besoin. Et voilà que 6 semaines plus tard, je lui mets toujours des couches jetables à min plus grand regret (et celui de mon porte feuille aussi) ! Elle va pourtant sur le pot depuis son 3ème jour de vie, que je lui propose à chaque change où presque. Mais je n’arrive pas à me décider à enlever les couches, car malgré qu’elle élimine dans le pot presque à chaque fois que je le lui propose, elle refait souvent caca ou pipi peu longtemps après… Je change parfois 3 fois sa couche en l’espace de quelques minutes… de plus, si je commence à bien comprendre ses signaux pour le caca, je n’ai aucune idée de ceux pour faire pipi! Un nouveau problème se présente aussi dernièrement : elle semble avoir des coliques, elle se fâche quand elle essaie de faire caca (elle n’est pourtant pas constipée, et est allaitée au sein), et c’est pire quand je lui propose le pot. Elle se met parfois à hurler, je pense alors qu’elle ne veut pas aller sur le pot, et elle hurle de plus belle quand je l’éloigne du pot et demande systématiquement le sein pour se consoler. Ça me stresse donc de plus en plus de lui proposer le pot car bien-sûr je ne veux pas la voir souffrir ainsi. As-tu des conseils pour moi en ce qui concerne ces probables coliques et ma peur (bien que très envie!) d’enlever les couches?
    Morgane

    1. Natacha Guillaume dit :

      Bonjour Morgane,

      merci de ton message.

      La peur d’enlever les couches est pour moi le signe que tu n’es tout simplement pas prête à franchir ce pas. Peut-être pourrais-tu essayer de le faire de temps en temps à la maison, quand tu es tranquille.
      Depuis le temps que tu as posté ce commentaire, tu as du évoluer dans ta pratique. Merci de ta patience, je suis mère moi aussi et mets longtemps à répondre parfois.

      Concernant les coliques, je pense que parfois les bébés ont du mal à se lâcher pour faire caca pour différentes raisons :
      il fait froid et n’ont pas envie d’être déshabillés
      la position d’élimination les incommode
      ils ont des gaz qu’ils ont du mal à évacuer (si cela empire c’est en effet des coliques)
      le froid du pot, des toilettes ou de nos mains sur leur peau
      Je t’invite à explorer toutes ces pistes, et si besoin reviens vers moi pour que je t’aide, mais sinon concernant les coliques ce peut-être ton alimentation qui est en cause, quelque chose qu’elle ne tolérerait pas, à voir avec ton pédiatre, ou avec ta sage-femme.
      Natacha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Related Post