Mon bébé ne porte pas de couches

Un bébé sans couches, c’est possible?

Oui, on peut vivre avec un bébé sans couches. Et sans que votre sol ne soit couvert de déjections, je vous rassure . J’en ai moi-même fait l’expérience.

Cela arrive bien-sûr. Il y a des ratés, des « accidents »… Mais cela aide à lâcher prise sur ses attentes et l’expérience se passe encore mieux. J’en ai aussi fait l’expérience !

Vous pouvez materner votre bébé en communiquant avec lui sur ses besoins d’élimination. Ça s’appelle l’hygiène naturelle infantile (HNI).

L’hygiène naturelle infantile, qu’est-ce que c’est?

60 % des bébés dans le monde ne portent pas de couches. D’ailleurs c’est dans les pays où cette pratique est monnaie courante qu’on ne nomme pas cette manière d’être avec son enfant. C’est juste normal, comme le nourrir.

Il s’agit d’essayer d’établir une communication sur ce sujet avec son enfant.

Les bébés sont conscients dès la naissance de ce besoin, qu’ils peuvent exprimer en pleurant ou en marquant une pause dans leur activité par exemple.

C’est leur manière de communiquer qu’ils ont besoin de faire pipi ou caca ou qu’ils sont en train de faire, et c’est ce que les parents pratiquant la HNI découvrent petit à petit.

Partager la vie d’un bébé sans couches

De cette manière, les parents approuvant cette philosophie élèvent leurs bébés sans couches. De part la fusion naissante ou existante à travers l’allaitement, le portage et/ou le sommeil partagé, parents et enfants se connaissent et se comprennent si bien qu’il leur est possible de communiquer sur ce sujet également. Le parent affine sa manière d’entendre les signaux de son bébé à tel point qu’il sait la plupart du temps si cela exprime un besoin d’éliminer, et si possible hors d’une couche, comme il le sentirait si c’était un besoin de sommeil, de manger, de décharger les tensions ou de proximité et de câlins.

Tous les parents du monde savent – au fur et à mesure du temps passé auprès de leur enfant – sentir des différences entre les pleurs suivant l’intonation de la voix et la force du cri. Même s’ils ne savent pas toujours que veut dire ce pleur-ci, souvent ils savent qu’il ne s’agit pas de ce pleur-là.

Vous pouvez tout à fait pratiquer la HNI sans porter ni allaiter votre enfant. Je n’ai personnellement pas allaité ma fille et nous arrivons au bout du processus de HNI. Cela s’est très bien passé et c’est possible !

Allaiter et porter, deux atouts pour la pratique de la HNI

Si vous voulez porter et/ou allaiter votre enfant, ce ne sera que du bénéfice pour votre relation et pour la pratique de la HNI. En effet, il semblerait que les bébés allaités aient une meilleure conscience de leurs besoins d’élimination. Je ne fais que répéter ce qu’on me dit car, en fait je n’en sais rien, je n’ai pas allaité ma fille. Ceci est surtout dû à la grande proximité établie avec la maman, qui sent quand son enfant veut manger presque avant que celui-ci ne le réclame! En réalité, il le réclame mais avec des signaux très subtils avant de se mettre à pousser de petits cris puis à pleurer. Les mamans allaitantes le savent bien.

C’est la même chose pour la HNI. On sent quand son enfant veut éliminer, c’est naturel. Le portage est un énorme atout dans cet aventure ! La proximité plus le fait qu’un enfant ne veut naturellement pas se souiller l’amène à, lorsqu’il est dans vos bras ou dans l’écharpe, vous communiquer de manière plus claire qu’en dehors des bras son besoin d’éliminer.

Les signaux

Le signal très clair que ma fille émettait avant qu’elle ne communique par signes voire verbalement, était de serrer les jambes, et d’essayer de se lever pour sortir de l’écharpe.

J’ai compris assez rapidement qu’elle émettait d’autres signaux plus subtils avant ça mais que je n’y prêtait pas attention, ignorant même qu’il s’agissait de signaux.

Le regard des autres

Cela peut paraître bizarre, dérangeant voire carrément fou pour certains! Et c’est tout-à-fait normal vu que ce n’est pas la façon de faire pour la plupart des gens en Occident. Tout est à réapprendre, même sa façon de voir les choses.

J’ai entendu des gens me dire qu’il n’était pas normal que j’élève ma fille sans couches, que c’était déconseillé en raison d’un éventuel traumatisme à être sans couches alors qu’elle n’est pas continente, et j’ai même entendu des gens dire (pas à moi mais je l’ai pris personnellement) que c’était complètement absurde et qu’il fallait arrêter d’embêter les enfants avec des pratiques de maternage trop tordues.

Comment réagir?

Je comprends ce genre de réactions. J’aurai pu moi-même réagir plus positivement la première fois que j’en ai entendu parler. Mais après coup, j’ai compris que les choses m’avaient été présentées de manière assez « agressive ». Je n’ai pas pris le temps d’en savoir plus. Je me suis demandée s’il ne s’agissait pas là d’un « dressage », ou d’une manière de se faire remarquer en ne faisant pas comme les autres. Maintenant que je connais bien la pratique pour l’avoir expérimentée, je m’en veux d’avoir seulement eu ce genre d’idées… Heureusement que ma curiosité s’est doucement mise en marche et que le besoin de faire-ma-propre-expérience-pour-pouvoir-juger s’est fait sentir.

Comment j’ai débuté

L’idée était là, dans un coin de ma tête. Puis elle a pris de plus en plus de place dans mon esprit lorsque j’étais enceinte. J’ai commencé l’aventure HNI quand ma fille a eu 2 mois. C’est une des expériences les plus enrichissantes que j’ai jamais faites !

Je n’ai, pour ma part, pratiqué la HNI qu’en journée et seulement à la maison.

De 10 mois à 13 mois, ma fille était dans l’acquisition de la marche. Nous avons eu beaucoup de mal à communiquer sur ses besoins d’élimination.  Je lui ai donc mis des couches à plein temps.

Puis, quand l’excitation des premiers pas est passée, nous avons pu reprendre les choses là où nous les avions laissées. Voyez-vous, c’est ça l’avantage avec la HNI. L’enfant se souvient des sensations qu’il a déjà ressenties. La communication mise en place précédemment avec ses parents ne lui est pas étrangère.

bébé sans couches qui fait pipi
Pipi dans l’herbe

Vous voulez expérimenter la HNI?

Si vous voulez vous lancer dans l’aventure, c’est super et je vous soutiens à fond !

N’oubliez pas que commencer avant 6 mois, c’est du gâteau comme on dit. On peut porter à plein temps si on le veut et c’est un formidable atout. On peut porter son bébé sans couches, ou avec un linge absorbant dans l’écharpe si on a peur d’un accident. Le bébé ne marche pas et se déplace peu, c’est encore la période « dans les bras ».

Après 6 mois c’est encore possible ! Évidemment le bébé veut se déplacer et veut moins aller dans l’écharpe ou les bras la plupart du temps. Si vous lui avez mis des couches jusque-là, il est possible qu’il ait perdu la conscience de son élimination. Il ne se rend ainsi plus compte qu’il se fait dessus.

Comment commencer?

Vous pouvez dans un premier temps essayer de le changer plus souvent, à chaque fois que sa couche est sale. Même si ce n’est « que du pipi ». Une période d’observation avec bébé sans couches est excellente pour démarrer. elle vous aidera à voir quels sont ses rythmes. Le bébé va doucement se reconnecter à ses sensations pendant qu’il élimine. Pour ça, être sans couches est nécessaire, mais vous pouvez le faire seulement une heure par jour par exemple. Évidemment, moins on y passe de temps, moins vite la communication se mettra en place. Mais ce n’est pas grave, respectez-vous et faites comme vous le sentez.

Soyez souple et indulgent, surtout avec vous-même. Si rater un pipi ou un caca vous met en colère, mettez-des couches à votre enfant pendant quelques temps, reposez-vous dès que vous en avez l’occasion et recommencez dès que vous vous en sentez capable ! Un bébé a besoin d’un parent en forme et qui est heureux de s’occuper de lui. Pas d’être sans couches mais avec une énergie négative dans l’air.

Natacha

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •   

​Merci d'avoir lu
cet article !

En complément, vous êtes libre de recevoir gratuitement le guide "Surmonter les 4 peurs de base​ des familles pratiquant l'hygiène naturelle" qui vous aidera à :

  • garder le lit sec pendant le sommeil ;
  • sortir de la maison sans couches et sans stress ;
  • gérer votre peur du regard des autres ;
  • rester serein face aux ratés et aux régressions


4 commentaires sur “4”

  1. Super Natacha , j adore le concept et bravo pour cette belle expérience de vie et de communication avec ton enfant.
    Ma fille de 18 mois joue avec son pot dans le salon mais on lui laisse toujours les couches.
    Aurais tu un conseil à nous apporter ma femme et moi?

    1. Bonjour Gérald!
      Et merci pour ton commentaire.
      Le plus important, il me semble, est de verbaliser, quoique ton épouse et toi vouliez faire maintenant pour l’apprentissage du pot (ou des toilettes) avec votre fille. Si vous voyez qu’elle est en train de faire pipi ou caca, même dans la couche, dites-le lui. Et peut-être l’inviter à aller sur le pot en même temps.
      Comme elle est déjà grande, on pourrait s’attendre à ce qu’elle comprenne tout de suite et naturellement ce qu’il se passe pour elle, mais non…
      Elle est maintenant très habituée à faire ses besoins dans sa couche alors le mieux est de suivre ce qu’elle veut faire. Si elle dit qu’elle ne veut pas aller aux toilettes ou au pot, ce n’est pas grave. Si elle ne veut pas enlever la couche, tant pis…
      Faites comme vous le sentez et comme vous le pouvez, surtout 🙂 en restant bienveillants avec vous-mêmes!
      Amicalement,
      Natacha

  2. Woa c’est super 🙂 il est génial ton article. Je suis bien tenté d’essayer aussi juste comme ça. Je sais lorsqu’il veut aller à la salle, par contre pipi je ne sais pas. En général voir tout le temps dès qu’il a été à la selle il me le fait savoir dans la minute voir la seconde qui suit. La je commence à amorcer une étape pour passer aux CL, j’en ai déjà acheté une et testé sur 3h..reste à franchir le pas pour acheter les autres et tout ce qui va avec.

    Comme il est en couche, est-ce que ça ne risque pas de ne servir à rien finalement ? vu qu’il faut commencer à 6 mois et il en a déjà 8 ?

    Merci en tout cas 🙂 c’est sympa

    1. Bonjour Lilou,
      et merci pour ton commentaire.

      Super que tu aies envie de tenter l’hygiène naturelle!
      Ne t’en fais pas ce n’est jamais trop tard pour commencer, c’est juste plus facile quand les bébés ont moins de 6 mois.

      Les CL je les ai utilisées de la naissance jusqu’aux 6 mois environ de ma fille, et on a commencé l’HNI à 2 mois. Je la laissais sans couches à plusieurs moments de la journée, et observait bien ses rythmes et signaux pendant ce temps (voir cet article pour plus de détails https://heureux-sans-couches.com/reperer-signaux-delimination/).
      Quand elle était en couche je regardais très souvent si elle avait fait pipi, et la changeait tout de suite si c’était le cas. Rapidement je me suis mise à proposer le pot (https://heureux-sans-couches.com/suggestion-hni/).

      Ensuite quand elle a marché on a mis des couches jetables tout le temps. J’ai essayé de continuer à communiquer mais je n’y arrivais pas vraiment, elle était occupée à tout autre chose… Elle n’a rien perdu du lien qu’on avait crée en communiquant sur ça car ensuite c’est revenu.

      En plus, tu dis qu’il communique déjà quand il a fait caca, alors c’est génial! Et pour pipi, c’est souvent beaucoup plus subtil, mais tu verras, ça viendra!

      Vraiment, il y a énormément d’avantages à pratiquer, même avec des couches. Ça sert à beaucoup d’autres choses qu’utiliser moins de couches, et acquérir la continence plus tôt, je t’assure! (https://heureux-sans-couches.com/avantages-a-elever-un-bebe-sans-couches/)

      Plein de bonnes choses pour le début de cette aventure 🙂

      Natacha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.