Comment pratiquer l’hygiène naturelle la nuit – Mon défi HNI

sans couches la nuit

Vous avez commencé l’hygiène naturelle avec votre enfant et vous voudriez le laisser sans couches la nuit?

Mes débuts en hygiène naturelle infantile (HNI)

Lorsque ma fille a eu 2 mois, j’ai commencé à expérimenter l’hygiène naturelle infantile avec elle. J’ai rapidement voulu la laisser sans couches la nuit mais je n’osais pas.

D’après ce que j’ai pu lire dans « Sans couches, c’est la liberté » d’Ingrid Bauer, il faut commencer par observer son bébé en le laissant totalement sans couches. Cela sert à comprendre ses rythmes et les signaux qu’il émet en éliminant.

Vous pouvez, comme moi à l’époque, faire cela à temps partiel.

Mes essais de HNI la nuit

Nous avons fait quelques essais de HNI la nuit, mais, je ne le sens pas.

J’ai tenté plusieurs fois de lui mettre une couche lavable dans un premier temps. Je me réveillais bien lorsqu’elle signalait qu’elle allait éliminer. Mais dans le cas présent, soit je n’étais pas disposée à lui faire faire ses besoins, car elle ne le faisait pas. Il faut savoir que l’attitude du parent et ses attentes doivent être « neutres » pour que cela fonctionne. Soit je me trompais sur le signal qu’elle émettait : il ne s’agissait pas d’une envie d’uriner.

Elle dormait dans un lit de cododo juste à côté de moi à l’époque, je précise. J’ai choisi de lui mettre une couche lavable à ce moment-là car contrairement aux jetables, elles ne sèchent pas quelques minutes après avoir éliminé. Le bébé est donc réveillé car gêné par cette sensation.

Il me semble que c’est préférable si l’on souhaite pratiquer l’HNI. Cela maintient les sensations de besoin d’éliminer et d’élimination du bébé. Et c’est souhaitable pour l’avenir. Les enfants ayant été élevés de cette manière ne se réveillent pas pour uriner la nuit. Ils ne font pas pipi au lit. Ces deux choses ne devraient que rarement arriver, en cas de maladie par exemple.

De plus, avec une couche lavable, elle ne se réveillerait pas dans une mare de pipi non plus. Il s’agit tout de même d’une couche, imperméable et isolante.

sans couches la nuit
Alèse en PUL – Photo Natacha Guillaume

 Sans couches la nuit

Puis plus tard, je l’ai mise sans couches, carrément. J’installais une petite alèse en PUL (tissu imperméable) que j’ai cousu pour elle pendant la grossesse, sous ses fesses, par-dessus une peau d’agneau.

Vous n’êtes pas obligés d’avoir tout cet attirail, un tissu imperméable suffit. La peau d’agneau, c’était pour le côté doux. En plus, ça maintient l’enfant au chaud s’il fait frais en l’aidant à réguler sa température.

S’il fait chaud, la température de l’enfant se régule et il n’a pas chaud. Il faut dans ces deux cas laisser l’enfant le moins habillé possible. C’est aussi conseillé pour faciliter l’HNI, d’ailleurs. Un autre avantage de la peau d’agneau, c’est qu’elle absorbe le pipi et que c’est auto-nettoyant. S’il y a pipi, vous laissez sécher à l’ombre. Une fois sec, vous brossez avec la brosse conçue pour ça, et c’est tout propre!

Hygiénique, écologique, permet à l’enfant de réguler sa température, et tout doux : que des avantages! Sauf si vous êtes vegan…

sans couches la nuit
Peau d’agneau – Photo Natacha Guillaume

 Communication de nuit

Revenons à nos moutons Smile !

Là, pour le coup, je ne me réveillais pas lorsqu’elle signalait – si elle signalait – et elle se réveillait dans son pipi, certes tout frais (enfin tout chaud) la plupart du temps mais, ça me gênait.

J’étais très fatiguée en raison de la convalescence d’une endométrite contractée à sa naissance. J’avais besoin de repos. Et comme elle ne se réveillait plus si je lui mettais des couches, j’ai craqué et j’ai continué à lui en mettre.

Il “suffisait” pourtant de changer l’alèse, et même de la laisser telle quelle car elle ne refaisait plus pipi ensuite, la plupart du temps. Mais il m’est arrivé de remarquer qu’elle avait fait pipi un moment avant que je ne m’en rende compte donc je n’ai pas retenté l’expérience ensuite.

J’avais à l’époque parfois du mal à me rendormir. Alors il était difficile pour moi de sacrifier des heures de sommeil pour ça.

Elle dort dans sa chambre depuis qu’elle a 7 mois. Et elle est continente de nuit depuis ses 28 mois.

Changer son enfant la nuit

Si votre bébé se réveille la nuit, n’hésitez pas à le changer, ça change tout ! Même si on vous dit que ça ne sert à rien, je le démens.

S’il vient de faire pipi, ce qui arrive souvent au réveil avec un bébé laissé sans couches, le fait de le changer lui montre qu’il est maintenant au sec et qu’il n’est « pas normal » de garder une couche mouillée. Surtout que celle-ci finit par sécher, ce qui est à l’origine d’une confusion dans les sensations d’élimination. On sait qu’un bébé vient de faire pipi quand la couche est mouillée et chaude.

Un bébé qui est laissé dans une couche dans laquelle il vient de faire pipi va sentir que celle-ci devient sèche ; il va interpréter cela comme quelque-chose de normal au fil du temps passé à porter des couches. Et surtout si aucune communication à ce sujet n’est établie.

Si personne ne lui dit qu’il est en train de faire pipi ou qu’il vient de faire, il va naturellement se mettre à ignorer cet aspect de sa physiologie, pourtant tellement normal. Il va en conclure qu’il est normal de se faire dessus. Et donc ne plus en être gêné vu que sa couche devient ensuite sèche.

Beaucoup d’enfants, au moment où ils ne portent plus de couches sont gênés et veulent garder leur couche pour faire leurs besoins dedans. C’est normal et ils ont été élevés comme ça !

J’ai intégré la HNI dans ma vie

Un jour, j’ai couché ma fille pour sa sieste. Au moment de son réveil, je me suis rendue compte qu’elle portait sa culotte avec un petit insert placé dedans, sous son pantalon. J’avais oublié de lui mettre une couche ! Et tout était sec, elle a fait pipi 5 minutes après son réveil. C’est là que je me suis rendue compte à quel point nous bloquons, nous les occidentaux, sur ce point. Il est plus naturel de ne pas faire pipi quand nous dormons. Il est, a priori, plus simple de commencer par là…

Autour du monde

Dans beaucoup de peuples qui vivent de manière traditionnelle, les mères commencent par s’occuper de cet aspect de l’hygiène naturelle avec leur bébé. Dans notre monde occidental, il est déjà rare de voir un enfant de moins de 3 ans sans couches – et l’âge de l’arrêt du port de couches ne cesse de croître ! – mais penser qu’en plus il n’en porte pas la nuit, c’est complètement inimaginable!

sans couches la nuit
SvenjaBehnish

 Et c’est une question qui revient souvent lorsque j’explique ce que j’ai entrepris de faire avec ma fille. Moi aussi, cela m’a stressée au début. Je me suis demandé comment il serait possible qu’elle parvienne un jour à rester sèche toute la nuit, sans porter de couches. Mais j’ai rapidement balayé cette question de mon esprit. Elle ne faisait qu’alimenter cet esprit négatif qu’il n’est pas préférable d’adopter lorsqu’on est dans cette démarche. Pour ma part, ça ne correspondait pas du tout à ma philosophie de vie, en général. Et j’ai bien fait! Rapidement, ma fille s’est mise à avoir des couches sèches ou quasiment après les siestes en journée, puis la nuit !

Ce phénomène va et vient au fil de l’expérience d’hygiène naturelle. Ce n’est pas un processus figé. Et comme beaucoup de choses dans la vie, et surtout celle d’un bébé, il y a des régressions, des sauts en avant, des stagnations, pour enfin terminer le processus, et passer à autre chose.

Continence de nuit

Chez les bébés HNI

Il n’est pas rare de remarquer qu’un bébé qui communique sur ses besoins d’éliminations avec ses parents a rapidement des couches sèches pendant les temps de sommeil.

Lorsque nous dormons, nous sécrétons une hormone appelée vasopressine (ou ADH) qui inhibe la formation d’urine. Cette hormone est naturellement présente chez les bébés HNI. On n’a pas interrompu la communication que le bébé a tenté d’établir avec ses parents, ni les sensations d’élimination. De ce fait, la digestion dans sa globalité se fait de manière normale.

Chez les bébés portant des couches sans communication sur l’élimination

L’hormone est sécrétée de manière beaucoup moins efficace chez les bébés portant des couches sans communication établie sur l’élimination. Vu qu’ils sont habitués à se faire dessus, ils ne ressentent plus leur besoin d’éliminer. Ils font donc de petits pipis, et ce jusqu’à qu’ils sentent à nouveau qu’ils doivent éliminer, et qu’ils se sentent éliminer.

Plus un bébé est laissé longtemps dans une même couche et plus il est âgé lorsqu’il arrête de porter des couches, plus il aura un volume d’urine faible par rapport à ce qu’il devrait produire à son âge. Sa vessie ne se muscle pas car n’étant pas habituée à se vider « à l’endroit adéquat ».

La nuit, il urine en dormant, ou en état de micro-réveil trop faible pour le déranger, ce qui n’arriverait jamais chez un être humain sécrétant cette hormone et ayant une vessie tonique. Et admettons que ça arrive, il serait réveillé dans l’instant.

Ce qui devrait arriver

Nous ne devrions pas avoir envie d’uriner la nuit. Si cela arrive, c’est que nous avons consommé trop de liquide et ce jusqu’à une heure trop avancée dans la journée.

Nous devrions boire notre « quota » d’eau (oui, c’est le seul liquide dont nous ayons besoin, en tant normal) principalement le matin et jusqu’en début d’après-midi. Puis, un ou deux verres après 16h, pas plus. La caféine et l’alcool donnent énormément envie d’uriner. Nous ne devrions en consommer qu’en cas d’exception. Et boire au moins autant d’eau dans le même temps, juste avant c’est encore mieux, pour pallier à la déshydratation. Fin de cette petite aparté…

L’élimination de nuit

Un bébé pratiquant l’hygiène naturelle et ayant envie d’uriner la nuit va donc se réveiller. Et il va signaler à ses parents qu’il a envie d’éliminer. Si ses parents dorment à côté de lui et ont petit pot ou une bassine à disposition, ça peut se régler en quelques minutes. Il suffira de tenir l’enfant dans la position qu’il préfère pour ça puis de lui suggérer de faire ses besoins. A priori, la nuit c’est rapide.

sans couches la nuit
Un pot à poignée utilisable dès la naissance – Photo Natacha Guillaume

Ce qui se passe chez moi

Avant d’être continente de nuit, si ma fille se réveillait la nuit, elle ne voulait pas aller sur le pot. Elle faisait pipi dans sa couche, ou pas, puis je la lui retirais. Elle terminait la nuit sans couches : le matelas est protégé par une alèse 🙂

Votre bébé est-il sans couches la nuit? Comment cela se passe-t-il?

Merci de partager cela dans les commentaires!

Ne ratez plus aucun article en cliquant sur “abonnez-vous”. A bientôt!

 

Natacha

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

​Merci d'avoir lu
cet article !

En complément, vous êtes libre de recevoir gratuitement le guide "Surmonter les 4 peurs de base​ des familles pratiquant l'hygiène naturelle" qui vous aidera à :

  • garder le lit sec pendant le sommeil ;
  • sortir de la maison sans couches et sans stress ;
  • gérer votre peur du regard des autres ;
  • rester serein face aux ratés et aux régressions


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.