Le baby clash – Semaine 9 de mon défi

baby clash

Le baby clash, qu’est-ce que c’est ?

En deux mots

C’est une crise de couple vécue après la naissance d’un enfant ou l’arrivée d’un enfant adopté au domicile.

Qui subit ça ?

Tout le monde. Tous les couples ayant récemment accueilli ou donné naissance à un enfant peuvent vivre un baby clash. Il n’y a aucun modèle de couple plus touché qu’un autre.

Pourquoi ?

Les nouvelles responsabilités, la pression sociale, les nuits plus courtes et/ou le sommeil de moins bonne qualité en général et tant d’autres choses font qu’on peut vivre un baby clash au sein du couple.

L’arrivée d’un enfant ce n’est pas qu’un changement, c’est LE tournant de la vie d’un couple. Plus question de faire machine arrière ensuite. Et ça peut s’avérer perturbant…

Quels risques ?

La séparation du couple, ou pire, vivre ensemble sans s’aimer, ni se respecter. En faisant chambre à part, de manière subie, par exemple. Ou en ne se parlant plus ou moins bien.

En cause, le manque de temps, d’énergie, d’envie.

En effet, s’occuper d’un enfant peut être très chronophage, énergivore, et les conditions d’accouchement peuvent ne pas avoir été idéales. Ceci ne facilite pas la reprise des rapports sexuels.

Concernant la vie intime du couple, tout peut s’être bien passé les mois suivants la naissance. Puis, le bébé vivant des angoisses de séparation, des poussées dentaires douloureuses, une difficulté de sevrage maternel à la reprise du travail de la maman, ou tout autre chose faisant que les parents se tournent intensément vers l’enfant en oubliant leur vie de couple peut instaurer une cassure dans la vie intime.

Le couple oublie qu’il est un couple. Il n’est plus que le papa et la maman de cet enfant. Avec la vie professionnelle en second dans la liste des priorités, il ne reste plus beaucoup de temps et d’énergie pour le reste.

Comment sortir du baby clash?

Je n’en sais rien.

J’ai bien quelques pistes de réflexion à donner mais franchement, c’est bien maigre.

Je ne vous sortirai pas le fameux « il faut prendre du temps pour soi ». Ça non.

Bien-sûr, c’est ce qu’il faudrait faire. Oui, ça va vous aider à surmonter l’épreuve.

Il peut être difficile de prendre du temps pour son couple quand on sent que son enfant a besoin de nous. Et aussi quand on n’a pas envie de le laisser ne serait-ce que pour une heure. Dès que les choses s’apaisent pour lui, c’est ce qu’on peut essayer de faire.

N’oubliez pas qu’il faut s’habituer à demander de l’aide lorsqu’on est parents et qu’on veut du temps à deux, comme avant. Les propositions de garder un enfant ne viennent que rarement d’elles-mêmes.

Ce peut être difficile mais si quelqu’un ne veut pas, il dira “non” et c’est tout.

Prendre un petit peu de temps seul ou à deux est salutaire, parfois. Retrouver son enfant après un petit moment d’absence est une sensation très agréable!

baby clash

Ce que j’ai fait et qui m’a aidé

Pensez à des moments heureux vécus ensemble, quand ça va mal. Exemple : le jour de votre mariage ou de la demande en mariage ; un voyage, un week-end ou ne ce serait-ce qu’un pique-nique ; la première fois que vous vous êtes embrassés ou que vous vous êtes dit que vous vous aimiez ; le jour de la naissance de votre enfant (seulement si ça vous fait du bien)…

Chez moi, le baby clash a commencé après la première année de ma fille. Peut-être après, je ne sais plus très bien, en réalité. Je n’ai pas l’impression d’en avoir terminé avec cette épreuve.

Crise de couple ou fin de l’histoire d’amour ?

Avant ça, on s’aimait comme des fous, mon mari et moi. Et penser à ça me fait beaucoup de bien.

Donc, tant qu’on a envie d’être ensemble et qu’on ressent de l’amour ou tout autre sentiment s’en rapprochant en pensant à sa moitié, les choses ne peuvent que s’arranger.

Un petit pas après l’autre et les choses retrouveront leur place.

Natacha

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

​Merci d'avoir lu
cet article !

En complément, vous êtes libre de recevoir gratuitement le guide "Surmonter les 4 peurs de base​ des familles pratiquant l'hygiène naturelle" qui vous aidera à :

  • garder le lit sec pendant le sommeil ;
  • sortir de la maison sans couches et sans stress ;
  • gérer votre peur du regard des autres ;
  • rester serein face aux ratés et aux régressions


4 commentaires sur “4”

  1. Je ressens tellement cela…

    surtout quand on n’est pas d’accord sur l’education a donner ou plutot la maniere de regler certaines choses qui posent probleme… sur les limites a mettre a l’enfant (ou pas) lesquelles et a partir de quand.

    je ne vois pas pq mettre des limites a ma fille sur des choses qu’elle n’est pas encore en mesure de comprendre… les limites doivent avoir du sens pour l’enfant. j’aime mieux m’adapter a elle que faire en sorte qu’elle s’adapte a nous… les choses evolueront par notre soutien et non par des interdits incomprehensibles a ses yeux car inadapte pour l’instant a son niveau de comprehension… j sais pas ce que tu en penses enfin voila… ca fair en tt cas partie du baby clash (exemple concret je prefere changer les rangements de mes armoires et ne plus laisser nos livres a portee de ses petites mains pcq elle veut tout sortir.. toucher … et abimer sans le vouloir) esteban lui dit qu’il faut tout laisser comme c’etait et la driller (non c’est non!) je prefere adapter mes armoires car dire non c’est non a qqch qui lui fait tant envie ne feraient que des frutrees .. elle de s entendre dire non toute la journee pour cela et moi de devoir le dire en vain… et je ne veux pas crier sur elle (=terroriser son enfant non merci) … bref sujet du moment lol.

    sinon la maternite chamboule tellement qu’on n’est plus tout a fait la meme que avant et la aussi baby clash… l homme ne reconnait plus sa femme. hier j’ai carrement dit au papa que je n’etais plus la meme que avant et que je ne le serai jamais plus. pas qu’il m’aimait mieux mais par moment je pense qu’il ne me reconnait pas… toutes mes “qualites” (a mes yeux) qu’il prend pour defaut n’ont fait que s’exacerber.. mar exemple je suis de minilaliste (encore plus avec l’arrivee de bebe) et lui conservateur (gardons tout ca peut tjs servir) voila cela pose aussi des problemes… j etais minimaliste avant mais clairement la maternite me pousse a y etre encore plus!
    mais il a l impression que je profite de lui (c’est lui qui travaille pour nojs faire vivre) en me debarrassant de choses qui ne servent pas… n’ont jamais servies et ne serviront jamais (meme si ces choses ont coute cher en leur temps)… ces achats qu’on pensait utiles et qui ne l’ont pas ete. maintenant j’y reflechis a 4 ..5 fois avant d’investir.. et je comprends son point de vue aussi.. (ca peut tjs servir) mais bon on entasse tout alors… je prefere ne garder que ce qui sert (oj servira de nouveau a coup sur ex: habits de grossesse) et ne rien garder du reste. j ai une farde a dessin par exemple… achetee pendant ma grossesse me disant que apres l accouchement je n aurais plus le temps d aller en acheter une (courir au magasin qui est loin.. trop loin pour y aller avec bebe pour cela) … et finalement quoi. la realite c’est que maintenanr elle fait partie des objets qui m encombre car je n ai absolument pas le temps de dessiner et je ne retrouverai pas ce temps la avant des annees (et je n ai meme plus envie de toute facon)… souvent j’ai fais des achat “pour plus tard” pq je ne sais pas… (par peur de qqch sans doute) je ne regrette pas cela mais j’en tire une lecon sur moi meme… esteban lui est fache… je le comprends… mais ces choses achetees pour rien m’en apprennent sur moi meme et mes peurs… quand je vivais chez ma mere j’achetais des deco pour le jour ou je serais chez moi… tt ces objets que je ne veux plus auj car leur energie n est que le reflet de la fuite.. du mal etre que j avais a vivre chez ma mere… (j ai aucun bon souvenir de mon adolescence qui a ete horrible car je n etais pas la bienvenue chez moi… et on me le faisait sentir “faut que tu ailles a l internat” et blabla) auj ces objets de deco je m’en debarrasse aussi et esteban rage… il ne comprend pas qu’ils sont impregenes de ma douleur…

    bref. baby clash je te raconte ma vie lol.

    jsuis curieuse de savoir ce qui peut cree des tensions chez vous .. enfin plutot curieuse de vous connaitre 🙂 dans les bons comme dans les moins bons cotes .. ou plutot dans tous vos etats. 🙂 bref… vous connaitre un peu plus

    bises natacha.

    1. Coucou Laurie 🙂

      Le baby clash chez nous c’était un peu passé, puis avec la naissance de notre fils, c’est un peu revenu… Nous vivons avec peu de moyens, et cela crée quelques tensions!

      Mon mari est comme le tien, un écureuil qui accumule par peur de manquer, ou par peur d’en avoir besoin plus tard et de ne pouvoir se le procurer…
      Mais dernièrement, il a un besoin irrépressible de jeter, trier, se débarrasser d’un tas de choses. Je le faisais un peu toute seule mais là je vois qu’il me rejoint et qu’il jette beaucoup plus facilement que moi, en fait!
      On passe un cap 😉

      Ce qui crée très souvent de grosses frictions chez nous c’est l’éducation de nos enfants : des petites bêtises comme le fait qu’il parle de lui à la troisième personne à notre fille, aux trucs beaucoup plus embêtants pour moi comme la laisser manger des viennoiseries, du pain, du lait… Là ça ne va pas du tout! Mais nous arrivons à trouver un terrain d’entente et je ne dis rien à ce genre de choses quand c’est exceptionnel en échange le reste du temps il comprend que je ne donne qu’une petite quantité de protéines par repas et autant de légumes qu’elle le souhaite (notre garçon n’est pas encore diversifié bien-sûr). J’ai besoin qu’il n’y ait pas de biscuits chez nous (même quand on n’avait pas d’enfants, c’était important car intolérante au gluten et addict aux sucres) et qu’elle mange intelligent, comme moi : des fruits et légumes à volonté, un peu de protéines (végétales c’est le mieux mais elle adore la viande) et qu’elle ne boit que de l’eau en temps normal. Ouf! on arrive petit à petit à s’entendre là-dessus!

      Bizarrement (enfin, pourquoi bizarre d’ailleurs, je ne sais pas tout et je suis loin d’être parfaite…) je n’ai compris que récemment que c’était malveillant de penser qu’un enfant devait comprendre à tout prix que tel objet devait rester à sa place sans le toucher. J’ai toujours changé les objets de place pour mes animaux, par exemple, mais là pour mes enfants, il y a un tas de choses que je les laisserai toucher mais y’a certains trucs que je ne tolère pas comme quand ma fille se met debout sur le canapé et touche à mes papiers sur le meuble juste derrière… Là c’est mon mari qui me dit régulièrement (+ ou – sèchement) de changer mes affaires de place! Le truc, c’est que parfois il dit à notre fille “c’est à maman, ça, elle va changer ses affaires de place” et ça a le don de m’énerver! En fait, j’ai vu ça sur un blog la dernière fois que c’était positif de plutôt changer nos affaires de place et en réfléchissant c’est tout-à-fait logique. Je pars du principe qu’elle n’a pas se mettre debout sur le canapé (là j’ai cédé aux volontés de mon mari car je n’ai jamais dit non à ces “escalades” à ma fille, je tente de la laisser grimper où elle veut car en fait je m’en fiche) et donc que je n’ai pas à changer mes affaires de place vu qu’elle n’a pas à grimper là… En fait, j’ai réglé ce problème en lui demandant ce qu’elle voulait et c’était juste prendre le stylo pour gribouiller sur une feuille! Pas de soucis, je lui ai fourni ce qu’elle voulait et tu sais quoi? Je ne sais pas si elle ne le fait plus ou si c’est moi qui me suis apaisée et qui n’en vois même plus ce qu’elle fait, car ce n’est plus dérangeant pour moi, mais elle a arrêté de monter là, je crois!

      Voilà à peu près les choses principales pour lesquelles on se dispute régulièrement…

      Bises 🙂

      Natacha

  2. c’est rassurant d’echanger la dessus. je comprends tout a fait pour l’alimentation. on achete tjs et consommons des “douceurs” mais pas estelle pour qui d’autres alternatives suffisent (pour l’instant) par ailleurs on en consomme quand meme moins et j’essaie plutot que pour esteban et moi ces plaisirs soit des extras genre un petit gouter de temps en temps si ca me prend l’envie le jour ou je vais aux courses en selectionnant des produits artisanaux si possible (et qu’on consomme le jour meme)… j’evite les produits industriels a ce niveau la car je ne voudrais pas que estelle me les reclame un jour en l’emmenant aux courses (puis cote sante et ethique surtout) (mais bon en hiver quand meme je craque pour nos indetronables speculoos).. et surtout je n’en fais pas des resevee dans les placards… comme ca quand y en a pas ben y en a pas et on n’est pas tente et si on a faim entre les repas on mange du pain complet (et de la pate d’amande ou du tahin) et un fruit par exemple. si jamais j’achete des galettes c’edt pour le jour meme (et pas plus) bref cote sucrerie on en consomme tjs un peu (j aurais vraiment du mal a faire l’impasse totale meme si j’adore les fruits et que j’en mange tous les jours)… chapeau a tous ceux qui y arrivent… 😀 enfin voila on en consomme en tt cas nettement moins que avant et moins on en consomme plus ca nous ecoeure vite des que qqch est trop sucre. c’est tjs ca de pris…
    on verra si ca nous goute tjs a l’avenir mais en tt cas je veux surtout eviter de me sentir frustree dans un premier temps en m’interdisant radicalement le sucre auquel j ai tjs ete habituee depuis tte petite (a chaque fois que j ai essaye la maniere radicale c’etait tout ou rien… j’en consommaias pas puis apres j en consommais trop! ca n’allait pas) mais clairement le mieux c’est de les eviter… c’est juste que ca me permet de varier un peu… en attendant peut etre de trouver d autres variantes gouteuses (sans sucre ou alors un peu de miel ou autre a consommer en petite quantite) a l’eternelle tartine de banane lol. en tout cas garder le gout du gout est important pour moi. mange varie, sain le plus possible et des choses qui me donnent envie surtout que ce soit sucre ou sale d’ailleurs.

    marrant cette anecdote donc finalement tes affaires restent a leur place…

    moi ce sont des livres qu elle veut elle ne peut vouloir que ca car y a que ca dans l armoire en question… mais elle est trop petite que pour les ouvrir seule sans plier ou dechirer… je veux bien qu elle y touche seule mais seulement si je l accompagne dans cette decouverte.. genre assise sur mes genoux je lui montre comment faire doucement etc. et puis elle fait (seule j essaie de la laisser) et si jamais y a un geste brusque je peux rattrapper … mais si je lui laisse ces livres a portee de main sans superviser ils seront abimer simplement car elle est trop petite et que ces gestent sont trop brusques encore et surtout qu elle est trop petire pour comprebdre l importance de ne pas dechirer (elle adore dechirer le geste de savoir dechirer est une decourvete et un plaisir pour elle) je ne peux pas lui oter cela… mais pas avec les beaux livres… qu elle aime aussi regarder ……

    comment faire comprendre que une fois dechire c’est abime foutu? surtout quand c’est aussi un besoin finalement de dechirer (savoir de quoi elle est capable avec ses mains finalement) le plaisir de l’enfant n’est la pas malsain mais naturel.

    ca pose questions tout ca ..

    en attendant je pense que le mieux c est en effet bouger ses affaires de place si on veut les preserver (tt en autorisant l enfanr a y acceder bien sur mais seulement a certain moment ou on peut l’accompagner et les lui autoriser quand il aura acquis le fait d en prendre soin) et au moins si il ne les a pas sous le nez il n est pas tente (comme pr les biscuits finalement ahah)

    1. Oui nous aussi on achète parfois des douceurs mais plus ça va et moins on le fait et surtout plus, quand on a une envie sucrée, on cuisine nous-mêmes (moins cher et meilleur, je contrôle ce que je mets dedans 😉 )
      Nous adorons les spéculoos nous aussi (mon mari dit que je fais le meilleur tiramisu aux spéculoos 😉 ).
      Moi non plus je ne veux pas que ma fille me réclame des bêtises en tout genre à chaque fois qu’on fait les courses. Ça peut arriver de temps en temps mais je me rends compte que pas tant que ça en fait. Dans le supermarché où je vais, le rayon bio contient aussi le chocolat et les bonbons… pas pratique!
      Non moi non plus je ne veux pas me sentir frustrée, et tu as tout-à-fait raison, c’est certainement la dernière chose à faire quand on veut tenter de se défaire de son addiction aux sucres. Trouver le juste milieu… Le problème c’est que les sucres blancs rendent addicts et que beaucoup de produits industriels en contiennent alors je limite de plus en plus leur achat. Il paraît que quand une personne est addict aux sucres et qu’elle est “en manque”, elle ressent une souffrance comparable à celle ressentie par un héroïnomane… bon je trouve ça un peu poussé quand même mais on minimise beaucoup trop cette addiction et la souffrance qui en découle…
      Pour mes affaires et la place qu’elles ont je suis embêtée. Prenons le fameux stylo avec le bloc notes qui se trouve sur le meuble derrière mon canapé. Si je dois le changer de place pour que ma fille ne le voit pas, ne soit pas tentée de le prendre et que je ne passe pas mon temps à lui dire “non” (ce qui n’arrive plus trop, maintenant) et qu’on soit frustrées et énervées, elle et moi, je le mets où? Il faut que ce soit un endroit où il est toujours accessible et rapidement, car je suis très tête en l’air et j’ai besoin de pouvoir noter tout-de-suite ce qui me passe par la tête quand c’est nécessaire. J’ai aussi un organiseur magnétique sur le frigo mais ça ne suffit pas et je n’en ai pas la même utilité… Mon problème est bien résolu comme cela et c’est source de stress de devoir changer encore une habitude (en admettant que je trouve un endroit qui me convienne pour ça). Je ne sais pas si tu vois de quoi je parle…
      Le truc c’est que je comprends bien que changer ses affaires de place est une bonne chose mais pas toujours la meilleure. Parfois je dis à ma fille que ça, ça reste là et qu’elle doit essayer de ne pas y toucher car j’en ai besoin à cette place et en bon état. Je pense que j’ai changé beaucoup de choses pour notre bien à tous et c’est bien normal, maintenant ça ne me convient pas toujours et ce n’est pas pour mon petit confort que je ne le fais pas mais pour quelque chose qui m’apparaît bien légitime… Si elle avait 18 mois ou moins, je me serais certainement adaptée sachant ça, je ne sais pas… Je pense qu’elle est assez grande pour comprendre qu’une chose doit rester là (et il n’y a que ça).

      Bises,

      Natacha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.