3 idées reçues sur l’hygiène naturelle infantile – Mon défi HNI

3 idées reçues sur l'hygiène naturelle

Dans cet article, je partage avec vous 3 idées reçues sur l’hygiène naturelle infantile (HNI) très largement véhiculées. Le problème, c’est que la plupart des gens n’a jamais essayé de pratiquer et s’en tient uniquement à ces préjugés, les tenant pour acquis.

Ça salit la maison

Lorsqu’on a un bébé, on doit s’occuper, aussi, de ses besoins d’élimination. Ça fait partie du lot, on va dire !

Dans le cadre de mon métier d’assistante maternelle, je me suis occupée de beaucoup d’enfants, tous élevés en couches jetables. Du pipi et du caca, j’en ai vu, essuyé, eu sur les mains, sur mes vêtements, et j’en passe… La couche n’empêche absolument pas cela. Et dans certains cas, c’est pire de mettre une couche à son enfant que de pratiquer l’hygiène naturelle.

3 idées reçues sur l'hygiène naturelle
freestocks-photos

Lorsqu’on pratique l’hygiène naturelle, on répond aux besoins d’élimination de son enfant au fur et à mesure de la journée, en lui mettant ou non une couche. Un des trucs qui marche très bien en HNI, et n’allez pas y voir là un raccourci de ce que la pratique représente, c’est de laisser son enfant fesses nues. A contrario, plus un enfant a les fesses enfermées et enserrées, comme avec une couche, plus il se lâchera souvent, et à force que le temps passe et qu’il grandit, sans plus rien en sentir. Les couches jetables, notamment, créent et aggravent ce phénomène. Elles sèchent quelques minutes après l’élimination, procurant la fameuse sensation « au sec » dont se vantent tous les fabricants de couches qui se respectent.

En tant qu’adulte, si vous êtes incontinent, que ce soit temporaire ou chronique, quelque soit la raison pour laquelle vous l’êtes, mettre des garnitures ne fera que renforcer l’incontinence. C’est exactement le même principe.

On n’a plus de vie

Quand on a un bébé, on passe beaucoup de temps avec lui, n’est-ce pas ? Il faut le nourrir, l’habiller, le baigner, le changer. Ce dernier poste ne prend pas nécessairement moins de temps que de pratiquer l’HNI.

J’ai déjà eu à changer des enfants dont la couche avait débordée. Certains enfants ont régulièrement ce genre de soucis. Dans ce cas, en retirant les vêtements, on étale encore plus les excréments sur la peau. Enlever un body plein de caca, c’est très dur sans en mettre dans les cheveux… Bref, on passe beaucoup de temps à tout nettoyer, et c’est très embêtant pour tout le monde.

Notez que ce souci n’arrive jamais en HNI. S’il y a un « accident », tout atterrit par terre, ou en tout cas, tout n’est pas étalé partout ! Essuyer un petit popotin qui a éliminé « comme tout le monde », dans des WC ou un pot, ça ne prend que quelques secondes avec du papier toilettes.

3 idées reçues sur l'hygiène naturelle
PixelWunderByRebecca

De plus, on peut choisir de pratiquer l’HNI à temps partiel.

Et oui, ce qu’il y a de beau avec cette pratique, c’est que c’est modulable. Évidemment, l’acquisition de la continence prend souvent plus de temps, mais c’est un autre sujet, que j’aborderai prochainement !

Dans notre société occidentale, pratiquer l’HNI à temps complet, sans jamais mettre de couches peut s’avérer difficile pour beaucoup de familles. Beaucoup choisissent (ou pas) de reprendre le travail, et trouver un mode de garde qui suivra à la lettre les recommandations familiales est quasiment impossible !

Car, vous l’aurez compris, pour pratiquer l’HNI, il faut être en relation étroite avec son enfant. La proximité est de mise. Alors, oui, comme toutes les pratiques de maternage proximal, on est très souvent avec son enfant, mais on peut se permettre de l’être moins, si besoin.

C’est dangereux d’enlever les couches trop tôt

Voilà une idée reçue directement proférée par les fabricants de couches. Les parents en entendent parfois parler quand leur enfant est atteint d’érythèmes fessiers – où le seul remède valable est d’enlever les couches. Ils peuvent également en entendre parler quand leur enfant acquiert la continence de manière classique, après avoir porté des couches jetables jusqu’à l’âge d’environ 3 ans.

J’ai plusieurs fois expliqué ce que je faisais avec ma fille par rapport à ses besoins d’élimination, et j’ai quelquefois pris cette remarque dans la poire. Même si ça a rarement (jamais…) été dit méchamment, ces personnes ont voulu me mettre en garde sur le fait que c’était « déconseillé ».

Je comprends très bien ce point de vue, peut-être même mieux que ces parents-là. C’est déconseillé de ne plus mettre de couches jetables à son enfant tout d’un coup, sans lui expliquer le pourquoi du comment. Et de lui imposer le pot, sans non plus d’explications.

3 idées reçues sur l'hygiène naturelle
OpenClipart-Vectors

C’est coercitif, par contre, de lui dire que « maintenant, il est grand », que « les couches c’est pour les bébés », qu’ « il ira à l’école quand il ira aux toilettes » ou qu’il ira « quand il arrêtera de faire pipi au lit »… (liste non exhaustive).

En HNI, jamais on ne fait ce genre de choses. On suit l’enfant depuis la naissance ou un peu plus tard, en instaurant une communication sur ses besoins d’élimination. Les bébés communiquent de multiples manières pour nous dire qu’ils veulent éliminer, et ce, loin d’eux-mêmes si possible. Alors ce n’est pas pour rien. Faisons-leur confiance et tout se passera pour le mieux.

Avez-vous déjà entendu l’une ou l’autre de ces 3 idées reçues sur l’hygiène naturelle infantile ?

Peut-être d’autres préjugés vous sont-ils parvenus aux oreilles ?

C’est le moment de les partager dans les commentaires !

Et comme d’habitude, vous pouvez vous abonner au blog afin d’être un courant dès qu’un article est publié. Pour cela, il suffit de renseigner votre adresse électronique et de cliquer sur « abonnez-vous ».

Natacha

Partager l'article
  •  
  •  
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  •  
    11
    Partages
  • 9
  • 2
  •  
  •  
  •   

​Merci d'avoir lu
cet article !

En complément, vous êtes libre de recevoir gratuitement le guide "Surmonter les 4 peurs de base​ des familles pratiquant l'hygiène naturelle" qui vous aidera à :

  • garder le lit sec pendant le sommeil ;
  • sortir de la maison sans couches et sans stress ;
  • gérer votre peur du regard des autres ;
  • rester serein face aux ratés et aux régressions


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.